« Frappez comme la foudre » : La « maskirovka », art de la guerre russe

« Que vos plans soient sombres et impénétrables comme la nuit, et quand vous vous lancez, frappez comme la foudre. » (Sun Tzu, L’art de la guerre)

Note : la situation sur le terrain a évolué depuis septembre, mais les fondamentaux présentés dans cet article restent valables. Personne ne connaît les objectifs stratégiques de la Russie en Ukraine, la date et le lieu de la « grande offensive » à venir, ni même ses prochains mouvements tactiques, tout cela ne faisant que l’objet de spéculations : ce « brouillard de guerre » délibérément maintenu est une marque de fabrique de la Russie.

Il y a soixante-dix-neuf ans, ce qui fut sans doute la plus grande bataille de la Seconde Guerre mondiale s’est déroulée à peu près dans la même région où des batailles se déroulent à nouveau aujourd’hui.

Sur un large front situé dans l’est de l’Ukraine et le sud-ouest de la Russie, s’étendant de Briansk au nord à Izyum au sud, les forces allemandes et soviétiques se sont affrontées au cours de l’été 1943, avec un renflement important des lignes dans la région de Koursk. C’est ce renflement qui a été ciblé par les commandants allemands pour être enveloppé et détruit.

La campagne a commencé la première semaine de juillet par une contre-offensive allemande massive, qui s’est poursuivie pendant plusieurs semaines. Plusieurs centaines de milliers de soldats et des milliers de chars et de véhicules blindés y ont pris part, avec des manœuvres et contre-manœuvres massives dans un paysage étendu de forêts, de champs et de collines.

Beaucoup de choses ont été et pourraient être écrites sur la conduite de cette bataille, mais cet essai se concentrera sur un aspect sans précédent de la campagne : il s’agit de la première bataille dans laquelle les concepts soviétiques de maskirovka ont été agressivement incorporés à chaque étape de la planification et de l’exécution de leurs opérations.

Maskirovka est un mot russe qui signifie littéralement « masquage » ou » déguisement », mais dans le contexte de la doctrine militaire russe, il englobe un large éventail d’actions destinées à tromper l’ennemi sur ses forces, ses faiblesses, la disposition de ses forces et ses intentions.

Dans sa plus simple expression, elle fait écho au célèbre dicton de « L’art de la guerre » de Sun Tzu :

« Toute guerre est basée sur la tromperie. Ainsi, lorsque nous sommes en mesure d’attaquer, nous devons en paraître incapables ; lorsque nous utilisons nos forces, nous devons paraître inactifs ; lorsque nous sommes proches, nous devons faire croire à l’ennemi que nous sommes loin ; lorsque nous sommes loin, nous devons lui faire croire que nous sommes proches. »

Au cours de l’été 1943, l’armée soviétique était la force la plus puissante par rapport à la Wehrmacht. Pour cette raison, Staline presse ses généraux de passer à l’offensive. Mais les commandants soviétiques, conscients des préparatifs allemands pour une vaste contre-offensive, s’opposent à cette stratégie. Le 8 avril 1943, le commandant général Georgy Zhukov écrivit à Staline :

« Je considère qu’il n’est pas opportun pour nos troupes de lancer une offensive préventive dans un avenir proche. Il serait préférable pour nous d’user l’ennemi sur nos défenses, de neutraliser ses chars, de faire venir des réserves fraîches et d’achever son principal groupement par une offensive générale. » (Glantz, David M., La tromperie militaire soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, p. 148.)

Les principaux commandants soviétiques se précipitent à Moscou pour plaider leur cause auprès de Staline lors d’une réunion le 12 avril. Le général Shtemenko, 1er adjoint du département des opérations, a écrit plus tard :

« En fin de compte, il a été décidé de concentrer nos forces principales dans la région de Koursk, de saigner les forces ennemies ici dans une opération défensive, puis de passer à l’offensive et de parvenir à leur destruction complète. » (Ibid, p. 148.)

L’astuce allait consister à rassembler et à dissimuler les forces de la contre-attaque envisagée dans le cadre des préparatifs défensifs de l’ensemble du front – pour donner aux Allemands l’impression qu’ils avaient été considérablement affaiblis et qu’ils adoptaient donc une position purement défensive jusqu’à ce que leur potentiel offensif puisse être reconstitué.

N’oubliez pas que, jusqu’à ce stade de la guerre, les Soviétiques n’avaient jamais entrepris d’offensive d’été et que, par conséquent, leur passage apparent à la défensive à l’été 1943 était tout à fait conforme aux pratiques antérieures.

Leur emploi de la maskirovka serait de la plus haute importance dans leurs préparatifs.

« … les états-majors préparaient des plans détaillés de maskirovka qui comprenaient la dissimulation des préparatifs, la création de fausses concentrations de troupes, la simulation de faux réseaux radio et de faux centres de communication, la construction de fausses installations aériennes et de faux avions, et la diffusion de fausses rumeurs le long du front et dans la zone arrière ennemie. Ces plans mettaient l’accent sur les mouvements secrets des réserves, les préparatifs cachés des contre-attaques et des contre-frappes, et les emplacements dissimulés des postes de commandement et des sites de communication.

Pour tromper l’importante reconnaissance aérienne allemande, les commandants de l’armée ont établi 15 faux terrains d’aviation, avec des maquettes d’avions, de pistes, de tours de contrôle et d’abris pour avions, et ont installé de nombreuses maquettes de chars pour simuler des zones de rassemblement de blindés. Les avions allemands ont répondu en bombardant neuf fois ces faux terrains d’aviation. » (Ibid, p. 152.)

Le lieutenant général I.S. Konev a décrit la situation :

« L’ennemi pensait que nous nous préparions uniquement à une bataille défensive. Possédant un nombre énorme de chars et de canons d’un nouveau type, les Allemands espéraient qu’il était impossible de les arrêter.

Ainsi, comme l’ennemi se préparait, nous nous préparions. L’essentiel n’était pas de dissimuler le fait de nos préparatifs, mais plutôt la force et les moyens, le concept de la bataille, le moment de notre contre-offensive et la nature de notre défense. C’était très probablement la seule occasion sans précédent dans l’histoire militaire, où le côté fort, ayant les capacités pour une action offensive, est passé à la défense. » (Ibid, p. 154.)

Outre le masquage des préparatifs et des concentrations de forces, une fois la bataille commencée, les Soviétiques employèrent d’importants mouvements offensifs dans d’autres zones du front pour détourner les forces allemandes de la cible principale de la grande contre-offensive soviétique :

« L’absence de tout détachement conséquent de ces forces de panzers conditionnerait pratiquement le succès soviétique. La solution soviétique consistait à attirer ces unités vers d’autres secteurs du front. L’expérience a montré que les simulations ou les simples feintes ne pouvaient pas servir cet objectif. Ce qu’il fallait, c’était des préparatifs d’offensive à grande échelle, si nécessaire au vu et au su des services de renseignements allemands, et des offensives suffisamment puissantes et crédibles pour attirer et immobiliser les réserves opérationnelles allemandes jusqu’à ce que les dommages nécessaires soient causés dans le secteur stratégique clé… » (Ibid, p. 174.)

Et quel était ce « secteur stratégique clé » ? Eh bien, dans un exemple de rime historique, la grande bataille blindée qui s’est déroulée dans les environs de Koursk s’est développée comme une diversion par rapport à l’objectif soviétique principal : vaincre et déplacer le principal centre de pouvoir allemand dans et autour de Kharkov.

« La surprise était essentielle pour que les forces soviétiques puissent remporter la victoire autour de Belgorod et Kharkov, et la surprise devait être un produit de la maskirovka. Les Soviétiques ont appliqué la maskirovka sous toutes ses formes pour tromper les Allemands sur le moment, la force, la forme et l’emplacement de la principale contre-attaque soviétique. » (Ibid, p. 174.)

Une description complète de la maskirovka élaborée utilisée lors de la bataille de Koursk dépasse le cadre de cet article. Je voulais simplement présenter et développer certains de ses aspects fondamentaux afin de suggérer des parallèles possibles entre ce qui a été fait à l’époque et ce qui se passe actuellement en Ukraine.

Les partisans de l’Ukraine se sont réjouis et les partisans de la Russie se sont lamentés sur le fait que les forces russes avaient été « surprises » et « humiliées » par la récente contre-offensive ukrainienne près de Kharkov.

Permettez-moi donc d’être parfaitement clair : l’idée que le haut commandement russe n’a rien vu venir est, à mon avis, tout à fait absurde.

Ils ont observé ses préparatifs pendant de nombreuses semaines. Ils savaient qu’une grande partie du matériel fourni par l’OTAN et expédié en Ukraine depuis le printemps n’était pas encore utilisé au combat, mais avait été détourné et accumulé pour fournir l’ossature de la puissance de feu d’une éventuelle contre-attaque.

Ils savaient également qu’un nombre important de soldats professionnels ukrainiens avait été retiré des lignes de front pour former le noyau de cette attaque, et qu’ils étaient complétés par une infusion significative de « volontaires étrangers ».

Ils savaient que la crème des milliers de nouveaux conscrits ukrainiens avait été envoyée en Pologne et en Grande-Bretagne pour une formation rapide selon les normes de l’OTAN.

Ils savaient que les commandants de l’OTAN avaient effectivement pris le commandement opérationnel de cette force et qu’ils décidaient du moment et de l’endroit où elle serait déployée.

Et ils ont dû en déduire, puisque cette force n’était pas présente dans la région de Kherson pour la contre-attaque limitée qui s’y est déroulée au début du mois d’août, que les opérations dans le sud étaient très probablement une diversion par rapport à l’objectif principal, qui se situait dans la région de Kharkov.

En effet, à mesure que la véritable nature des événements des deux dernières semaines devient plus claire, je suis maintenant persuadé que les Russes ont agi délibérément pour attirer les commandants de l’OTAN de cette force ukrainienne reconstituée en leur offrant quelques fruits à portée de main pour qu’ils puissent saigner leur armée non testée.

Plus important encore, du point de vue russe, le fait de proposer aux commandants de l’OTAN une tentation à laquelle ils ne pourraient pas résister attirerait cette nouvelle armée sur le champ de bataille ouvert où elle pourrait être isolée et finalement détruite.

C’est pourquoi les Russes ont commencé, il y a plusieurs semaines, à retirer toutes leurs forces, à l’exception d’une force symbolique, de la zone contenant les villes de Balakliya, Kupyansk et Izyum, offrant ainsi aux commandants de cette force formée, équipée et dirigée par l’OTAN une occasion irrésistible de démontrer, comme ils l’imaginent, la supériorité de la guerre interarmes occidentale.

L’attaque qui a suivi a remporté un succès apparemment extraordinaire contre la poignée relative de milices du Donbass et de troupes de Rosgvardia restées pour défendre Balakliya et Kupyansk. Les Ukrainiens et leurs troupes de choc composées de « volontaires étrangers » ont progressé sans rencontrer d’opposition et ont occupé une partie assez importante du territoire qui s’étend jusqu’à la rivière Oskol.

Relativement peu de combats soldat contre soldat ont eu lieu. En fait, les rapports ukrainiens ont euphoriquement vanté le fait que l’avance ukrainienne ne pouvait même pas suivre la vitesse de la retraite russe !

La « victoire glorieuse » de cette quasi-armée de l’OTAN a, du moins pour l’instant, lancé le récit médiatique occidental dans un spasme de triomphalisme sans précédent.

Des rapports délirants faisant état de centaines de chars abandonnés, de milliers de victimes et de dizaines de milliers de soldats russes capturés circulent largement, et sont volontiers crus par ceux dont les préjugés rendent ces fausses nouvelles agréables.

Les marionnettes des groupes de réflexion occidentaux et les généraux à la retraite passent d’un studio d’information à l’autre en débitant des absurdités fantastiques sur la libération du Donbass, puis de la Crimée, suivie du renversement de Poutine et de sa traduction devant un tribunal de La Haye.

Et comme si cela ne suffisait pas, beaucoup ont même commencé à discuter ouvertement de l’éternel rêve occidental de démanteler complètement la Russie, de la découper en une douzaine ou plus de petites républiques qui s’aligneront ensuite docilement sur le reste de « l’ordre mondial fondé sur des règles ».

Tout cela est d’une insanité à couper le souffle.

Peu de gens semblent être conscients que l’armée triomphante qui s’est avancée dans le vide de pouvoir que les Russes ont créé pour eux a été continuellement ravagée par des tirs d’artillerie à longue portée et des frappes aériennes, qui ont déjà infligé près de 20% de pertes à cette force relativement exposée.

Peu de gens semblent se rendre compte que le rythme de l’avance initialement rapide s’est maintenant effectivement arrêté, coincé entre la rivière Oskol à l’est et le Seversky-Donets au sud, et qu’il s’est avéré incapable d’obtenir un succès appréciable contre les concentrations de forces russes qu’il rencontre maintenant de l’autre côté de ces rivières.

Et personne ne semble poser la question la plus pertinente : Quel sera le prochain mouvement des Russes ?

Il semble y avoir une idée répandue selon laquelle cette apparente « victoire » sur le champ de bataille a été si humiliante que les Russes ont été ruinés, psychologiquement brisés, qu’ils ne sont plus capables de mener des opérations, qu’ils ne sont plus qu’une foule battue et tremblante d’« orcs » effrayés attendant nerveusement le prochain train qui les ramènera d’où ils viennent.

Ceux qui applaudissent le défilé de la victoire dans les rues de Kiev, Londres et Washington semblent avoir oublié que l’« opération militaire spéciale » de la Russie n’a utilisé jusqu’à présent qu’une fraction mineure de sa capacité militaire et que l’objectif de la Russie, depuis le début, n’a pas été de conquérir un territoire, en soi, mais de détruire complètement les capacités militaires ukrainiennes.

Je crois que les partisans de l’Ukraine se livrent à une orgie d’exultation prématurée.

Je suis persuadé que les événements des dernières semaines ont été largement orchestrés en fonction des objectifs ultimes de la Russie.

Je suis convaincu que les Russes restent maîtres dans l’art de la maskirovka et que les maîtres actuels de l’empire à Washington, Londres et Bruxelles, tout comme leurs prédécesseurs, sous-estiment considérablement la perspicacité stratégique, les capacités opérationnelles et l’implacable résilience de la Russie.

Même si les commandants de l’OTAN à Kiev font tinter des flûtes à champagne remplies à ras bord de Dom Pérignon volé et se félicitent mutuellement d’un plan brillamment conçu et exécuté par des experts, je suis convaincu que l’autre chaussure finira par tomber – et quand elle tombera, je m’attends à ce qu’elle tombe comme la foudre.

Check Also

America Is Losing the Arab World

And China Is Reaping the Benefits October 7, 2023, was a watershed moment not just …