Le chapeau du magicien et le grand simulacre du baume palliatif

L’échange d’otages actuel est centré sur Gaza. Cependant, Israël a trois fronts de conflit chaud ouverts.

Le magicien entre en scène, sa cape noire tourbillonne autour de lui. Au centre de la scène, il brandit son chapeau : Il est vide. Il lui donne un léger coup de poing pour démontrer sa solidité. Le magicien prend alors certains objets et les place dans son chapeau. On y trouve la saisie par AnsarAllah d’un navire appartenant à Israël (la situation est «surveillée»), les frappes irakiennes sur les bases américaines (à peine remarquées par les grands médias), les 1000 missiles tirés par le Hezbollah sur le nord d’Israël et la guerre qui fait rage en Cisjordanie. Le magicien se tourne vers le public – le chapeau est vide. Le public sait que ces objets ont une réalité physique, mais qu’ils sont en quelque sorte obscurcis par la magie.

C’est ainsi que les médias occidentaux mainstream maintiennent la dissuasion en minimisant l’état de guerre par ce que Malcom Kyeyune décrit comme «un simulacre de paix» – d’un conflit qui s’apaise doucement et du traitement tranquille (paraphrasant Kyeyune) d’une «question post-moderne» : Que signifie exactement le terme «non-combattant» ?

Un aspect de l’image de l’apaisement du conflit est l’échange d’otages qui a été convenu. Il est à la fois réel et il sous-tend le simulacre selon lequel, une fois le Hamas anéanti et les otages libérés, le problème des 2,3 millions de Palestiniens pourra entrer dans le chapeau du magicien et disparaître de sa vue. Pour certains, l’espoir est sincère et bien intentionné – qu’une fois que les combats auront cessé, ils ne reprendront pas, et que la fin des bombardements à Gaza pourrait ouvrir une fenêtre vers une «solution» politique – si elle peut être prolongée sine dei.

Le terme «solution» n’est ici qu’un mot poli pour désigner la tentative de corruption de l’Égypte et de la Jordanie par l’Union européenne. La présidente de l’UE, Ursula von der Leyen, se serait rendue en Égypte et en Israël pour leur présenter des offres financières (10 milliards de dollars pour l’Égypte et 5 milliards de dollars pour la Jordanie), en échange de la dispersion des habitants de la bande de Gaza dans d’autres pays, afin de faciliter l’évacuation de la population palestinienne de la bande de Gaza, conformément à l’objectif israélien de nettoyage ethnique de Gaza.

Cependant, le tweet de l’ancienne ministre Ayalet Shaked – «Après avoir transformé Khan Yunis en terrain de football, nous devons dire aux pays que chacun d’entre eux prend un quota : Nous avons besoin que les 2 millions d’habitants partent. C’est la solution pour Gaza» – n’est qu’un exemple parmi d’autres de personnalités politiques et sécuritaires israéliennes de haut rang vantant ce qu’Israël considère de plus en plus comme la «solution» pour Gaza.

Mais en étant aussi explicite, Shaked a probablement torpillé l’initiative de von der Leyen, car aucun État arabe ne veut être complice d’une nouvelle Nakba.

Une Hudna ou un «temps mort» est inévitablement très précaire. Lors des combats de 2014, lorsque les forces des FDI ont lancé des opérations militaires à Gaza après le début d’un cessez-le-feu, cela a conduit à un échange de tirs et à l’effondrement du cessez-le-feu. Les combats se sont poursuivis pendant un mois entier.

Les deux principales leçons que j’ai tirées de mes tentatives d’instaurer des trêves au nom de l’UE pendant la seconde Intifada sont qu’une «trêve est une trêve» et que les deux parties l’utilisent pour se repositionner en vue de la prochaine série de combats. Deuxièmement, le «calme» dans une localité confinée n’entraîne pas une désescalade dans une autre localité géographiquement séparée ; au contraire, une explosion de violence flagrante est viralement contagieuse et se propage géographiquement instantanément.

L’échange d’otages actuel est centré sur Gaza. Cependant, Israël a trois fronts de conflit ouvert (Gaza, sa frontière nord avec le Liban et la Cisjordanie). Un incident survenant sur l’un de ces trois fronts pourrait suffire à ébranler la confiance dans les accords de Gaza et à relancer l’assaut israélien contre Gaza.

À la veille de la trêve, par exemple, les forces israéliennes ont lourdement bombardé la Syrie et le Liban. Sept combattants du Hezbollah ont été tués.

Ce qu’il faut retenir, en clair, c’est que les précédents historiques de hudnas menant à des ouvertures politiques ne sont pas très nombreux. La libération d’un otage ne résout rien en soi. Le problème de la crise actuelle est bien plus profond. Lorsque, «il était une fois», la Grande-Bretagne a promis une patrie aux juifs, les puissances occidentales ont également promis (en 1947) un État aux Palestiniens, mais n’ont jamais donné suite à cette promesse. Cette lacune est en train de déboucher sur un accident de train.

L’ambition du cabinet israélien de créer un État juif sur les terres bibliques d’Israël vise tout simplement à empêcher tout État palestinien d’émerger, que ce soit dans une partie de Jérusalem ou ailleurs en Palestine historique. Dans ce contexte, les actions du Hamas visaient précisément à sortir de l’impasse et du paradigme sans fin des «négociations» stériles.

Sans surprise, le ministre israélien de la Défense a déjà annoncé l’intention d’Israël de reprendre les combats dès la fin du cessez-le-feu. Les responsables israéliens ont indiqué à leurs homologues américains qu’ils prévoyaient encore plusieurs semaines d’opérations dans le nord de la bande de Gaza, avant de se concentrer sur le sud.

Jusqu’à présent, les FDI ont opéré dans des zones proches du littoral de Gaza et dans des endroits, tels que le Wadi, au sud de la ville de Gaza, où le sous-sol ne facilite pas la construction de tunnels. C’est donc dans ces zones que le Hamas ne dispose pas de capacités défensives importantes. Si l’action militaire devait reprendre, les FDI s’éloigneraient probablement de la côte nord pour se rapprocher de l’épicentre de la ville de Gaza, ce qui permettrait au Hamas de manœuvrer plus facilement et d’infliger de plus lourdes pertes aux FDI et à leurs véhicules blindés. En ce sens, loin des simulacres, la guerre ne fait que commencer.

Le Premier ministre Netanyahou a été décrit, tant en Israël que dans la presse occidentale, comme un «homme mort en marche» sur le plan politique. Quoi qu’il en soit, Netanyahou a sa stratégie : Il a ouvertement défié l’équipe Biden sur toutes les questions liées à la guerre, à l’exception de l’éradication du Hamas.

Lors d’une conférence de presse dimanche dernier, Netanyahou a vanté les mérites d’un «Dôme de fer diplomatique», affirmant qu’il ne céderait pas aux «pressions de plus en plus fortes (…) exercées contre nous ces dernières semaines (…) Je rejette ces pressions et je dis au monde : nous continuerons à nous battre jusqu’à la victoire – jusqu’à ce que nous détruisions le Hamas et ramenions nos otages chez eux».

Yonatan Freeman, de l’Université hébraïque, perçoit l’enjeu des déclarations vagues de Netanyahou : Il défie l’équipe Biden, tout en prenant soin de laisser une marge de manœuvre suffisante pour pouvoir toujours rejeter la faute sur Biden, chaque fois qu’il sera «forcé» par les États-Unis à faire marche arrière.

La stratégie du cabinet israélien repose donc sur le grand pari que l’opinion publique israélienne se maintiendra – malgré la désapprobation personnelle de Netayahou – en raison du soutien public écrasant à ce stade pour les deux objectifs déclarés fixés par le cabinet de guerre : La destruction du «régime du Hamas» et de ses capacités, et la libération de tous les otages israéliens.

Au fond, le «pari» repose sur la conviction que le sentiment public – contextualisé délibérément par le cabinet israélien en termes manichéens absolus (la lumière contre l’obscurité, la civilisation contre la barbarie, tous les habitants de Gaza étant complices du «mal du Hamas») – finira par susciter une vague de soutien en faveur de l’initiative visant à éliminer «la fiction» d’un État palestinien «une bonne fois pour toutes». La table est mise pour une longue guerre contre le «mal cosmique».

La «solution», comme le soulignent le ministre de la Sécurité nationale Smotrich et ses alliés, consiste à offrir aux Palestiniens un choix – «renoncer à leurs aspirations nationales et continuer à vivre sur leur terre dans un statut inférieur», ou émigrer à l’étranger. En clair, la «solution» consiste à expulser tous les Palestiniens non soumis des terres du Grand Israël.

Passons maintenant à la perspective opposée :

Les Palestiniens qui soutiennent «l’axe uni» observent qu’Israël continue d’adhérer à ses objectifs militaires initiaux de destruction de Gaza au point qu’il ne reste plus rien – aucune infrastructure civile – dont les habitants de Gaza pourraient vivre, s’ils essayaient même de retourner dans leurs maisons effondrées.

Ils considèrent que cet objectif israélien a été pleinement soutenu par Biden lorsque son porte-parole a déclaré :

«Nous pensons qu’ils ont le droit [de s’engager dans de nouvelles opérations de combat à Gaza] ; mais [de telles actions] … devraient inclure des protections plus importantes et renforcées pour la vie civile».

Hasan Illaik, commentateur de la sécurité régionale, note,

«Les responsables de l’Axe pensent également que les déclarations conciliantes des États-Unis, qui suggèrent parfois qu’une phase de désescalade est imminente, ne sont rien d’autre qu’un effort pour réparer une image publique fortement endommagée par le soutien sans faille des États-Unis au massacre continu des Palestiniens de Gaza par Israël».

Alors, Israël, soutenu par l’équipe Biden et certains dirigeants européens, est-il en train de gagner ?

Tom Friedman – un intime de l’équipe Biden – a écrit dans le New York Times du 9 novembre – après avoir voyagé en Israël et en Cisjordanie :

«Je comprends maintenant pourquoi tant de choses ont changé. Il est clair comme de l’eau de roche pour moi qu’Israël est en réel danger – plus en danger qu’à n’importe quel autre moment depuis sa guerre d’indépendance en 1948».

Farfelu ? Peut-être pas.

En 2012, l’auteur américain Michael Greer a écrit qu’Israël avait été fondé à un moment particulièrement propice, bien qu’il soit entouré de voisins hostiles :

«Plusieurs des principales puissances occidentales ont soutenu le nouvel État avec une aide financière et militaire significative ; d’une importance au moins égale, les membres de la communauté religieuse responsable de la création du nouvel État, qui sont restés dans ces mêmes pays occidentaux, se sont engagés dans des efforts vigoureux de collecte de fonds pour soutenir le nouvel État, et des efforts politiques tout aussi vigoureux pour obtenir le maintien ou l’augmentation du soutien gouvernemental existant. Les ressources ainsi mises à la disposition du nouvel État lui ont donné un avantage militaire substantiel sur ses voisins hostiles, et son existence est devenue un fait accompli suffisant pour que certains de ses voisins renoncent à une position de confrontation totale».

«Pourtant, la survie de l’État dépendait de trois choses. La première, et de loin la plus cruciale, était le soutien continu des puissances occidentales pour financer un établissement militaire bien plus important que ne le permettaient les ressources économiques et naturelles du territoire en question. Le deuxième était la fragmentation continue et la faiblesse relative des États environnants. Le troisième était le maintien de la paix interne au sein de l’État et l’assentiment collectif à un sens clair des priorités, afin qu’il puisse répondre avec toute sa force aux menaces venant de l’extérieur – au lieu de gaspiller ses ressources limitées dans des conflits civils ou des projets populaires qui ne contribuaient en rien à sa survie».

«À long terme, aucune de ces trois conditions ne pourra être remplie indéfiniment… Lorsqu’il arrivera que ces premiers modèles de soutien s’effondrent, Israël pourrait se retrouver acculé au pied du mur».

La semaine dernière, un commentateur israélien de premier plan a fait remarquer :

«On pourrait penser qu’une visite présidentielle, un discours présidentiel, trois visites du secrétaire d’État, deux visites du secrétaire à la Défense, l’envoi de deux groupes de porte-avions, d’un sous-marin nucléaire et d’une unité expéditionnaire de Marines, ainsi que la promesse d’une aide militaire d’urgence de 14,3 milliards de dollars, témoignent du soutien inébranlable que les États-Unis apportent à Israël» …

«Réfléchissez encore».

«Sous le soutien total et solide de l’administration Biden, il y a des courants dangereux et traîtres qui ébranlent et empiètent sur la sympathie du public pour Israël à travers les États-Unis. Les sondages publiés la semaine dernière contiennent les données les plus alarmantes et les plus révélatrices : Le soutien de l’opinion publique à Israël s’effondre, en particulier dans la tranche d’âge des 18-34 ans. Un autre sondage montre que 36% des Américains s’opposent à l’octroi de fonds supplémentaires à l’Ukraine et à Israël : Le soutien au financement d’Israël, uniquement, était de 14%».

Ce qui est vraiment remarquable, c’est que les leaders de ces nouveaux récits sont les jeunes des générations Z, Y et Alpha. En s’appuyant sur les médias sociaux et en s’adressant directement à leurs pairs, ils ont fait connaître au monde entier les griefs des Palestiniens. Beaucoup n’avaient qu’une connaissance limitée de la Palestine, mais leur sens de la justice sans filtre a alimenté leur colère collective contre le nettoyage ethnique en cours de la Palestine par Israël.

Les deuxième et troisième conditions de survie d’Israël énoncées par Mme Greer se métastasent également au fur et à mesure que les plaques tectoniques mondiales grincent et se déplacent : Les puissances non occidentales ne se rangent pas du côté d’Israël. Elles se coalisent pour s’opposer à l’aspiration du cabinet israélien à mettre fin à la notion d’État palestinien, une fois pour toutes. Et aujourd’hui, Israël est amèrement divisé sur la vision de son avenir, sur ce qui constitue exactement «Israël» et même sur cette question post-moderne, «ce que c’est que d’être juif».

Check Also

Iran Has Already Sent Missiles to Russia, Report Says

Latest Developments Iran has already provided Russia with a significant number of surface-to-surface ballistic missiles …