Les nouveaux leaders de la Palestine

«L’accord d’Israël pour négocier des échanges de prisonniers avec le Hamas est une marque de défaite».

Il est peut-être prématuré de faire une évaluation définitive des 50 premiers jours de l’assaut israélien contre la bande de Gaza, ou de prévoir ce qui se passera au lendemain de la trêve de quatre jours qui a débuté vendredi, en même temps que la première série d’échanges de prisonniers.

Ce qui est clair, cependant, c’est que le chef du Hamas à Gaza, Yahya al-Sinwar, qui a tiré le premier coup de feu dans cette guerre avec le raid du 7 octobre sur les bases militaires et les colonies de l’«enveloppe» de Gaza, qui a stupéfié les institutions militaires et politiques israéliennes, a réussi à imposer ses conditions.

Sinwar et son bras droit, le commandant des brigades Qassam, Muhammad Deif, ont passé trois ans à préparer méthodiquement cette guerre. Ils l’ont menée à bien avec un degré élevé de compétence et de perspicacité qui a étonné amis et ennemis. En revanche, les dirigeants israéliens, le trio Netanyahou-Gantz-Gallant, ont poursuivi une approche vindicative et nihiliste qui leur a causé des pertes militaires, politiques et diplomatiques majeures, tout en ne parvenant pas à atteindre leur objectif déclaré de détruire le Hamas et d’autres groupes de résistance malgré 47 jours de bombardements vicieux sur des civils sans défense.

Ce n’est pas le nombre de victimes qui permet de mesurer la victoire ou la défaite en temps de guerre. Les Vietnamiens ont subi plus de 20 fois plus de pertes que les Américains, et pourtant, ils ont fini par remporter la victoire. On peut en dire autant des Taliban en Afghanistan. L’histoire regorge d’exemples similaires.

Ce qui différencie la guerre actuelle dans la bande de Gaza de toutes les guerres arabes précédentes avec Israël, c’est le leadership, en particulier du côté palestinien. Les dirigeants de Sinwar ont combiné une détermination inébranlable avec une planification, une préparation, une exécution et une synchronisation magistrales, tant sur le plan militaire que sur celui du renseignement. Il a pris Israël au dépourvu en maintenant un degré étonnant de secret et en limitant les connaissances à un petit cercle de confiance. Selon une source proche des brigades Qassam, même les dirigeants du Hamas basés à l’étranger n’avaient pas connaissance de l’attaque du 7 octobre, ni même de ses préparatifs.

Ce qui s’est ensuivi a porté un coup terrible à l’État d’occupation israélien, qui s’est attaqué directement à l’ennemi, a tué des centaines de ses soldats et colons et en a capturé des dizaines, et a ébranlé les fondements mêmes sur lesquels il repose : la crainte, la dissuasion, la sécurité, la stabilité, la supériorité militaire ainsi que la sympathie et le soutien de la communauté internationale.

L’accord de Netanyahou et de ses généraux pour négocier les termes de la trêve temporaire est une première marque de défaite. Ils se sont pliés aux conditions de Sinwar et de ses assistants et ont effectivement reconnu leur mouvement après avoir tenté de le dédaigner et de le diaboliser. Ils sont tombés dans son piège. Leur arrogance et leur sentiment de supériorité les ont empêchés d’évaluer correctement leur ennemi, qui a appris des échecs et des erreurs des dirigeants palestiniens précédents – ceux qui ont enchaîné le peuple palestinien avec les accords d’Oslo et l’outrage à la coopération en matière de sécurité, qui ont placé tous leurs œufs dans le panier des États-Unis, de l’Europe et de la soi-disant communauté internationale, et qui ont tout misé sur la sollicitation de leur sympathie et de leur amitié. Les nouveaux dirigeants palestiniens ne roulent pas dans des voitures de luxe et des jets privés, mais vivent sous terre.

Toutes les agences de renseignement et tous les satellites d’espionnage des États-Unis et d’Israël n’ont pas réussi à détecter le lieu où se trouve Sinwar, sa salle d’opérations, les tunnels qui y mènent, ni les usines souterraines de missiles et de drones. Ils viennent de se retirer du complexe médical d’Al-Shifa après avoir affirmé que sa salle d’opérations se trouvait en dessous. La prochaine fois, ils diront qu’elle se trouve quelque part dans le sud de Gaza et s’en serviront pour déclencher une nouvelle phase de guerre génocidaire, pour laquelle ils finiront par payer un lourd tribut en guise de vengeance pour chaque Palestinien qu’ils tueront. Le peuple palestinien n’oublie pas et ne pardonne pas.

Je ne peux pas prédire ce qui se passera après l’expiration de la trêve de quatre jours, mais je soupçonne, d’après l’expérience d’autres guerres, qu’elle sera probablement prolongée. Quoi qu’il en soit, ce qui compte, c’est l’existence d’une direction palestinienne différente et courageuse, de groupes de résistance sophistiqués prêts à tout sacrifier et reflétant une nouvelle étape dans la culture de la résistance, ainsi que l’adhésion chaleureuse, solidaire et cohésive de la population. C’est ce qui suscite tant de consternation et d’abattement dans les rangs israéliens.

Le «petit» Israël est ébranlé et le «grand» Israël déraille, non pas à cause des armées et des généraux arabes, mais à cause de la résistance palestinienne et du soutien populaire arabe et islamique massif dont elle bénéficie. Cela pourrait finalement annoncer une vague de changement dans le monde arabe qui balaierait les dirigeants et les régimes, comme celle qui a suivi la Nakba de 1948.

Check Also

Precision over power: How Iran’s ‘obsolete’ missiles penetrated Israel’s air defenses

Iran’s successful breach of Israel’s highly regarded air defenses, despite the multi-nation alliance that joined …