La Russie se prépare à un nouveau monde

L’annonce vendredi par le président russe Vladimir Poutine qu’il se représentera pour un cinquième mandat n’a pas été une surprise. Le fait qu’il ait choisi l’occasion d’une cérémonie au Kremlin pour remettre les médailles de Héros de la Russie à des militaires ayant participé à l’opération militaire russe contre l’Ukraine pour faire cette annonce est frappant.

Il s’avère que Poutine répondait à une exhortation du Héros de la République populaire de Donetsk Artyom Zhoga, commandant du célèbre bataillon Sparte (qui a succédé à son fils Vladimir, mort à 28 ans en 2022 et qui s’est vu décerner à titre posthume le titre de «Héros de la Russie»), selon laquelle l’ensemble du Donbass souhaiterait qu’il participe à l’élection. Il ne fait aucun doute que le colonel Zhoga a exprimé un souhait collectif du peuple russe.

La guerre en Ukraine s’est avérée être un événement déterminant dans la vie politique de Poutine. Lorsque l’opération militaire spéciale a débuté fin février 2022, certains ont cru à tort qu’elle serait de courte durée et que le président Volodymyr Zelensky accepterait l’offre de négociation de la Russie. Mais là où Moscou s’est terriblement trompé, c’est que les États-Unis n’allaient pas s’engager dans une guerre par procuration avec eux avec autant d’ardeur et manipuler Zelensky pour qu’il ne cherche pas la paix.1

En effet, Poutine a fini par sortir l’opération militaire spéciale de l’impasse en procédant à un retrait tactique des troupes dans les secteurs nord, en autorisant une large mobilisation des troupes pour mener une guerre d’usure et en ordonnant une fortification efficace à plusieurs niveaux de la ligne de front. Rétrospectivement, ses décisions militaires ont inversé le cours de la guerre et l’armement et la technologie militaire russes ont surpassé ce que les États-Unis et l’OTAN ont fourni à Kiev.

À l’heure actuelle, les forces russes avancent sur les 900 km de la ligne de front et leur élan pourrait les porter jusqu’à l’autre côté du Dniepr. La Crimée et la mer Noire ne sont pas en grand danger ; les quatre nouveaux territoires sont riches en ressources et la Russie contrôle tous les ports de la stratégique mer d’Azov, qui est une importante voie d’accès à l’Asie centrale depuis la mer Caspienne via le canal Volga-Don.

Cependant, bien que les États-Unis n’aient pas réussi à remporter une victoire militaire en Ukraine, l’administration Biden tentera de prolonger le conflit aussi longtemps que possible jusqu’en 2024, espérant saigner la Russie dans une lutte épuisante comme en Afghanistan dans les années quatre-vingt. Mais c’est un espoir vain.

Sergueï Narychkine, chef du service de renseignement extérieur russe, a écrit la semaine dernière dans le journal de l’agence, Razvedchik (The Intelligence Operative), qu’«il est fort probable qu’un soutien supplémentaire à la junte de Kiev, en particulier compte tenu de la «toxicité» croissante du thème ukrainien pour l’unité transatlantique et la société occidentale dans son ensemble, accélérera le déclin de l’autorité internationale de l’Occident».

L’Ukraine elle-même se transformera en un «trou noir qui absorbera des ressources matérielles et humaines au fur et à mesure qu’elle avancera», poursuit-il. «Au final, les États-Unis risquent de créer un «autre Vietnam», avec lequel chaque nouvelle administration américaine devra composer jusqu’à ce qu’une personne sensée ayant le courage et la détermination de briser ce cercle vicieux prenne le pouvoir à Washington».

L’Ukraine restera une question prioritaire pour la Russie et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles l’élite russe et le pays dans son ensemble souhaitent que Poutine reste au pouvoir jusqu’en 2030. Le cœur du problème est que Poutine a également brillamment bidouillé les politiques économiques et sociales pour épargner aux Russes ordinaires les privations habituelles caractéristiques d’une «économie de guerre». La vie continue et la «nouvelle normalité» fonctionne bien.

Poutine a dispersé l’objectif des États-Unis de piéger la Russie dans un bourbier apparent – en faisant plonger l’économie russe, en attisant le mécontentement social et en créant les conditions d’une insurrection contre le régime – afin d’affaiblir la Russie et de l’éliminer de la scène mondiale en tant que contrepoint de plus en plus efficace à l’hégémonie occidentale, en alimentant des tendances dissidentes qui menacent l’unité et l’intégrité de la Fédération de Russie.

En réalité, les réalisations de Poutine sont un travail en cours et son maintien au pouvoir reste une condition préalable à la réémergence de la Russie en tant que «superpuissance» surpassant même, à certains égards, l’Union soviétique, dans des circonstances qui sont autant de défis que d’opportunités à saisir de manière créative dans un environnement mondial volatile en pleine transition historique.

Poutine a tâté le terrain et a placé la Russie du bon côté de l’histoire, pour ainsi dire, ce qui présente une étude en contraste avec le désarroi et le manque de conviction et de leadership des États-Unis et du système transatlantique dans son ensemble.

Si l’on prend comme référence l’essai précité de Narychkine (intitulé «2024 est l’année de l’éveil géopolitique»), on peut s’attendre à ce que le monde en transition ait une trajectoire conforme aux lignes suivantes :

• Un conflit fondamental entre l’«ancien» et le «nouveau» monde, qui a mûri sous la surface au cours des trois décennies qui ont suivi la fin de la guerre froide, est «entré dans une phase ouverte» avec le début de l’opération militaire spéciale de la Russie et a «acquis un caractère géographique global» au cours de l’année écoulée.

• Un nombre croissant de pays qui «partagent les idées de multipolarité et adhèrent à une vision traditionnelle du monde» repoussent l’agenda mondialiste et anti-humaniste de l’Occident.

• Par conséquent, les risques d’instabilité se multiplient, ce qui conduit à «une augmentation de la nature chaotique des processus qui se déroulent dans l’arène de la politique étrangère». La situation émergente exige «une retenue et une prévoyance remarquables» de la part des dirigeants mondiaux.

• En résumé, la situation actuelle «rappelle de plus en plus une situation de révolution de classe, lorsque les «classes supérieures», face à l’affaiblissement des États-Unis, ne peuvent plus assurer leur propre leadership, et que les «classes inférieures», comme l’élite anglo-saxonne désigne tous les autres pays, ne veulent plus obéir aux diktats de l’Occident».

• Afin de préserver son hégémonie mondiale, l’élite euro-atlantique suivra le chemin bien tracé de la création d’un chaos contrôlé – déstabiliser la situation dans des régions clés en montant certains États «récalcitrants» contre d’autres et «former un sous-système autour d’eux sous forme de coalitions opérationnelles et tactiques contrôlées par l’Occident».

• Cependant, «les acteurs mondiaux responsables, en particulier la Russie, la Chine, l’Inde et quelques autres, se montrent prêts à résister résolument aux menaces extérieures et à mettre en œuvre de manière indépendante la gestion des crises». Même les plus proches alliés des États-Unis s’efforcent de diversifier leurs relations extérieures face au manque de confiance dans les États-Unis en tant que fournisseur de sécurité. L’éclatement du conflit israélo-palestinien est «un exemple qui donne à réfléchir» pour de nombreux hommes politiques occidentaux.

• Dans un tel contexte, «la scène mondiale sera marquée par une nouvelle intensification de la confrontation entre les deux principes géopolitiques – à savoir le principe anglo-saxon, ou insulaire, «diviser pour régner» et le principe continental «unir pour diriger» qui lui est directement antagoniste. Les manifestations de cette confrontation féroce au cours de l’année à venir seront observées jusque dans les régions les plus reculées du monde».

Il est intéressant de noter que dans le pronostic de Narychkine, ce n’est pas l’Indo-Pacifique mais le «monde arabe» qui restera «l’arène clé de la lutte pour un nouvel ordre mondial» en 2024. Soit dit en passant, cet essai a été publié à la veille du voyage d’une journée de Poutine aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite, mercredi, où il a reçu un accueil de héros. Dans une courtoisie extraordinaire des pays hôtes, l’avion présidentiel de Poutine a été flanqué de quatre chasseurs multirôles Su-35 armés, notés pour leur grande puissance de combat, leur grande vitesse et leur rayon d’action inégalable.

Check Also

How Kyiv Drove Russia’s Fleet Out Of Crimea – Analysis

A significant development in the war in Ukraine is not getting much attention. The last …