L’Oncle Sam est-il dupé pour participer à la guerre d’Israël ?

L’attaque de drone de cette semaine contre Saleh al-Arouri, haut dirigeant du Hamas, dans le sud de Beyrouth, prouve de manière irréfutable qu’Israël veut étendre le conflit au-delà de ses frontières. Au cours des dernières semaines, Israël a assassiné un chef politique adjoint du Hamas (al-Arouri), un conseiller principal des Gardiens de la révolution iraniens (Sayyed Razi Mousavi) et «près d’une douzaine de hauts responsables militaires iraniens» (Fox News) dans un aéroport de Damas. Dans le même temps, Israël a lancé de multiples frappes aériennes non provoquées sur le Liban et la Syrie. Toutes ces incitations suggèrent qu’Israël explore les moyens d’étendre les hostilités au-delà de Gaza afin de plonger toute la région dans la guerre.

Les provocations israéliennes à travers le Moyen-Orient sont une tentative d’entraîner les États-Unis plus profondément dans un conflit à l’échelle de la région. Les dirigeants israéliens savent que leur pays ne deviendra pas la puissance régionale dominante si ses ennemis – principalement le Hezbollah et l’Iran – ne sont pas sérieusement affaiblis. Mais Israël sait aussi que ses ennemis ne seront pas affaiblis sans l’aide des États-Unis. Les États-Unis doivent donc être mis dans une situation où ils se sentent obligés d’engager militairement l’Iran et le Hezbollah afin de sauver leur allié le plus proche au Moyen-Orient. Si Israël ouvre une guerre sur deux ou trois fronts avec ses ennemis – comme il tente actuellement de le faire -, les États-Unis seront contraints d’intervenir en faveur d’Israël, ce qui augmentera la probabilité qu’Israël devienne l’hégémon de la région. Tel est l’objectif sous-jacent de l’opération actuelle.

Bien entendu, tout cela n’a rien à voir avec la «défaite du Hamas», prétexte utilisé par Israël pour anéantir Gaza et pousser sa population vers la frontière égyptienne. Le véritable objectif est de modifier la dynamique du pouvoir au Moyen-Orient d’une manière qui corresponde au mieux aux intérêts d’Israël. Voici un extrait d’un article de la BBC datant de mercredi :

«Au moins 103 personnes ont été tuées par deux explosions de bombes près de la tombe du général iranien Qassem Soleimani, à l’occasion du quatrième anniversaire de son assassinat par les États-Unis, rapportent les médias d’État iraniens. Le radiodiffuseur d’État Irib a déclaré que des dizaines d’autres personnes ont été blessées lorsque les explosions ont frappé une procession près de la mosquée Saheb al-Zaman dans la ville de Kerman (…) dans le sud du pays. Des vidéos ont montré des corps sur une route et des ambulances se précipitant sur les lieux. (…)

L’incident de mercredi survient dans un contexte de tensions accrues dans la région, après que le chef adjoint du Hamas, groupe palestinien soutenu par l’Iran, a été tué dans une attaque de drone israélien au Liban».1

Israël est-il responsable de l’attaque terroriste en Iran ?

Les preuves ne sont pas concluantes, mais elles correspondent certainement au schéma des récents assassinats et attaques de drones dans les pays voisins. L’attentat à la bombe a également exaspéré le peuple iranien, qui a envahi les rues en masse pour réclamer des représailles. Là encore, la réaction du public correspond parfaitement à l’objectif d’Israël, qui est de provoquer une réaction émotionnelle excessive poussant l’Iran à une confrontation directe avec Israël. N’oublions pas que l’administration Biden a déployé dans la région deux groupes de porte-avions prêts à venir en aide à Israël à tout moment. Ainsi, si l’Iran réagit (par des attaques de missiles ou des frappes aériennes), les États-Unis sont parfaitement positionnés pour entrer dans la mêlée. Cela pourrait expliquer pourquoi Netanyahou continue de bombarder ses voisins en toute impunité. Il sait que l’oncle Sam «assure ses arrières».

Plusieurs victimes ont été signalées à Bagdad à la suite de frappes aériennes américaines sur le quartier général des UMP dans le complexe du ministère irakien de l’Intérieur.

Plus d’informations sur Al Jazeera :

«Israël a lancé des attaques contre des positions en Syrie et au Liban, dans le cadre de sa campagne contre les armées et les forces armées opposées au Moyen-Orient.

«L’armée israélienne a frappé des infrastructures militaires appartenant à l’armée syrienne», a déclaré l’armée israélienne dans un message publié mardi sur la plateforme de médias sociaux X.

«Des avions de combat [de l’armée israélienne] ont également frappé des infrastructures terroristes du Hezbollah au Liban», a ajouté l’armée israélienne, promettant qu’elle «continuerait à opérer contre toute menace à la souveraineté d’Israël».

Les dernières attaques, qui ont eu lieu entre lundi et mardi, ont marqué un regain de tensions entre Israël et des voisins qui, selon lui, ont des liens avec son ennemi, l’Iran».2

Pourquoi Israël fait-il cela ? Pourquoi provoque-t-il ses voisins alors même qu’il mène une opération d’envergure contre les Palestiniens à Gaza ? Toutes ces incitations ne suggèrent-elles pas qu’Israël veut élargir la guerre ? Voici plus d’informations d’Al Jazeera :

«Une attaque de drone dans la banlieue sud de Beyrouth, à Dahiyeh, un bastion du Hezbollah, a tué un haut responsable du Hamas, Saleh al-Arouri, mardi. Le drone a frappé un bureau du Hamas, faisant six morts, a rapporté l’agence de presse de l’État libanais.

Le Hamas a confirmé la mort d’al-Arouri et l’a qualifiée de «lâche assassinat» de la part d’Israël, ajoutant que les attaques contre les Palestiniens «à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine ne parviendront pas à briser la volonté et la fermeté de notre peuple, ni à saper la poursuite de sa vaillante résistance».3

L’assassinat d’al-Arouri n’était pas plus «un acte spontané de vengeance» que les attaques contre la Syrie, le Liban ou Gaza. Ils font tous partie d’un grand plan visant à redessiner la carte du Moyen-Orient en provoquant les ennemis d’Israël, puis en entraînant Washington dans les hostilités. Telle est la stratégie de base en quelques mots. Voici comment l’analyste politique Arnaud Bertrand l’a résumée sur Twitter :

«Israël fait de son mieux pour déclencher une guerre régionale en bombardant le Liban et l’Iran à gauche et à droite, probablement pour impliquer davantage les États-Unis dans les combats comme une sorte d’Ave Maria, mais ni le Liban, ni l’Iran, ni les États-Unis ne mordent à l’hameçon». (Arnaud Bertrand)

Bertrand a raison ; Israël essaie d’entraîner les États-Unis dans une guerre qu’il a lui-même provoquée. Il a également raison de dire que l’Iran et le Hezbollah ont fait preuve d’une grande retenue (jusqu’à présent) et ont résisté à la tentation de riposter. Mais combien de temps cela va-t-il durer ? Après tout, ils ne peuvent pas laisser Israël les pilonner indéfiniment sans répondre en retour. Ils ne peuvent pas non plus se contenter de faire le mort. Et ce n’est pas ce qu’ils font. Ce qu’ils font, c’est suivre les événements au fur et à mesure qu’ils se déroulent afin d’avoir une meilleure idée de la stratégie générale d’Israël. Ils attendent leur heure pendant qu’Israël déplace ses troupes de Gaza vers le front nord, où elles sont susceptibles d’affronter les militants du Hezbollah au cours des deux prochaines semaines. C’est ce qui semble se passer.

Pendant ce temps, les médias occidentaux tentent de préparer le public à un nouveau conflit au Moyen-Orient en réitérant l’affirmation selon laquelle une «guerre régionale» pourrait désormais être inévitable. Jetez un coup d’œil à ces titres récents et voyez si vous pouvez déceler un thème récurrent :

Vous comprenez ? Les médias préparent le public à une guerre régionale plus large au Moyen-Orient. Des articles comme celui-ci sont utilisés pour persuader les masses que le conflit est inévitable et qu’il est inutile de résister.

Mais dans l’intérêt de qui ces articles sont-ils écrits ? Quel agenda géopolitique est promu ? Quel pays a intérêt à ce qu’un public américain mal informé s’engage comme un mouton dans une nouvelle conflagration déréglée qui fera des millions de morts et n’apportera rien ?

Israël, bien sûr.

D’après les apparences, on va demander à l’Oncle Sam de fournir le muscle militaire pour une opération lunatique qui opposera la puissance de feu américaine au Hezbollah et à l’Iran, qui ne représentent ni l’un ni l’autre une menace pour les vies américaines ou la sécurité nationale des États-Unis. L’objectif de cette guerre malavisée sera d’éliminer les ennemis d’Israël afin que ce dernier puisse «sécuriser le royaume» et assumer le rôle d’hégémon régional, de maître incontesté du Moyen-Orient.

C’est une chimère.

Check Also

Yémen : Les pilotes US offusqués par des attaques intenses d’Ansarullah

Les pilotes de chasse de la marine américaine ont décrit comme «traumatisantes» leurs rencontres avec …