La résistance libanaise cause des pertes à l’ennemi et est prête à repousser les attaques

Sur le site Naked Capitalism, Yves Smith jette un intéressant nouveau regard sur la situation en Palestine et dans les environs :

Nasrallah a souligné que les différents membres de la résistance arabe peuvent apporter des avantages à leurs patries respectives (Liban, Irak, Yémen).

    Depuis 1948, c’est Israël qui a déplacé le peuple libanais et construit des zones de sécurité sur le territoire libanais. Aujourd’hui, les colons fuient et Israël construit une ceinture de sécurité de son côté de la frontière.
    Si la situation au Liban s’aggrave, le pays aura la possibilité de récupérer toutes les terres qu’Israël occupe encore.
    En Irak, la résistance a désormais la possibilité de chasser à nouveau les États-Unis. Les États-Unis prétendent être là pour combattre ISIS, mais ISIS est une fabrication américaine.
    Au Yémen, la résistance gagne les applaudissements internationaux et le respect pour son gouvernement Ansar Islam (Houthi).
    Tous les pays résistants sont en danger d’attaques israéliennes si la résistance à Gaza est vaincue. Aider Gaza est donc dans l’intérêt de tous ces pays.

«Israël passe à une escalade ciblée, avec pour objectif probable de justifier l’entrée au Liban»

Après l’assassinat de Saleh al-Arouri, chef adjoint de l’aile politique du Hamas, à Beyrouth, la situation à la frontière va probablement s’aggraver :

Alastair Crooke a indiqué que les résidents israéliens du nord qui avaient évacué ou fui exigeaient de ne pas pouvoir voir les forces libanaises depuis la frontière. Le gouvernement leur a répondu qu’ils pourraient revenir d’ici la fin du mois de janvier, ce qui semble difficile (j’ai trouvé une confirmation dans une source imprimée mais je ne peux pas la retrouver). Étant donné que le Liban n’aurait jamais accepté de céder un territoire pour améliorer la santé mentale de ses voisins israéliens, cet engagement impliquerait une invasion, c’est comme cela que Crooke l’a interprété.

Scott Ritter semble avoir perçu des demandes similaires, mais les a décrites comme de simples menaces, selon lesquelles Israël n’oserait pas tenter une incursion parce qu’il était pratiquement sûr de perdre. Comme Ritter l’a déjà décrit, Israël a perdu ses deux dernières tentatives de domination du Hamas et du Hezbollah, alors même que les États-Unis les soutenaient. Ritter a également décrit à quel point le Hezbollah s’est amélioré depuis 2006, lorsqu’il a battu Israël, alors que les forces israéliennes, selon Ritter, sont de troisième ordre. Et le Hezbollah dispose d’un réseau de tunnels qui fait passer celui du Hamas pour un parent pauvre. (…)

Outre le fait que l’attaque réussie de Beyrouth représente un véritable coup dur et remonte le moral d’Israël, elle semble également donner l’impression qu’une extension de la guerre au Liban serait le résultat d’une escalade du Hezbollah, par opposition à une initiative d’Israël (qui espère une réponse à cette provocation comme couverture). Voir par exemple le titre de DW : «La vengeance du Hezbollah pour la tuerie de Beyrouth : La guerre s’ensuivra-t-elle ?»

On peut se demander pourquoi Israël semble s’engager dans une invasion du Liban. S’agit-il d’une décision strictement interne, parce qu’il est politiquement inacceptable qu’Israël abandonne des villes frontalières ? Israël s’inquiète-t-il de l’affaiblissement du soutien américain, témoin de la pression exercée pour réduire (au moins optiquement) la campagne d’Israël à Gaza ? Al jazeera présente un point de vue largement répandu, selon lequel Netanyahou est fortement motivé pour maintenir la guerre à un niveau élevé, bien qu’il ait probablement aussi quelques alliés enragés (…)

Oui, Netanyahou a quelques raisons de poursuivre la guerre en l’intensifiant. Mais ce n’est probablement pas parce qu’il craint une enquête sur la façon dont il est arrivé à provoquer cette guerre, comme le laisse entendre Al Jazeerah. De telles enquêtes peuvent être manipulées. Mais Netanyahou a un intérêt personnel plus important (pour lui).

Un article publié il y a deux jours par le Washington Post capture l’essence de sa motivation :

Les divisions sont de plus en plus visibles au sein du cabinet de guerre d’urgence dans lequel Netanyahou partage le pouvoir avec son rival politique, l’ancien chef d’état-major de Tsahal, Benny Gantz, entre autres. Gantz et le ministre de la Défense, Yoav Gallant, ont refusé d’apparaître aux côtés de Netanyahou lors de récentes conférences de presse. Tous deux se sont montrés plus ouverts aux idées avancées par Biden concernant un gouvernement d’après-guerre à Gaza qui s’appuierait sur une Autorité palestinienne restaurée, une idée que Netanyahou et les membres les plus extrémistes de sa coalition ont rejetée.

Gantz, dont la popularité a grimpé en flèche, a déclaré que la politique et les enquêtes sur les échecs du 7 octobre devraient attendre que la guerre s’apaise. Alors que certaines troupes se retirent de Gaza, les observateurs politiques surveillent de près tout signe indiquant que Gantz est prêt à passer à l’action.

Gantz pourrait déclencher de nouvelles élections en persuadant cinq membres de la coalition, dont beaucoup ont critiqué Netanyahou, de se joindre à un vote de défiance.

«À la minute où Gantz sentirait qu’il peut quitter le cabinet de guerre, la boule de neige commencerait à rouler», a déclaré Talshir. «Cela commence à être plus possible car la situation à Gaza se stabilise».

«Bien sûr», a-t-elle ajouté, «si nous avons un deuxième front avec le Hezbollah, tout changera à nouveau».
https://www.washingtonpost.com/2024/01/03/israel-lebanon-assassination-hamas-gaza

Netanyahou veut rester au pouvoir. À n’importe quel prix. Dès qu’il aura quitté ses fonctions, les procureurs relanceront les affaires de pots-de-vin en suspens contre lui et sa femme. Tous deux risquent de se retrouver en prison. Face à cette alternative, une guerre au Liban, même si Israël est susceptible de la perdre, peut sembler une bonne option. Mais le meilleur argument en faveur d’une telle guerre serait que les États-Unis promettent de le soutenir dans cette guerre et de lui venir en aide si l’aventure devait tourner au vinaigre comme c’est probablement le cas aujourd’hui.

Biden promettra-t-il un tel soutien ? J’en doute.

Aujourd’hui, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé un nouveau discours.

Il a souligné les succès de la campagne que le Hezbollah a entamée le 8 octobre 2023, le lendemain de la révolte du Hamas contre Israël, le long de la frontière libanaise avec la Palestine.

Sur ce front de plus de 100 kilomètres, toutes les bases militaires israéliennes ont été visées, ainsi que les colonies, avec un total de 670 opérations.
48 postes frontières ont été visés à 495 reprises, ainsi que 50 postes situés derrière la frontière.
17 colonies, où les soldats israéliens se cachaient, ont également été attaquées.
Des équipements techniques de surveillance d’un coût supérieur à 100 millions de dollars ont été détruits.
La résistance a publié 90 vidéos et photos montrant la destruction de chars et d’autres véhicules israéliens.
Les médias israéliens ne parlent pas des succès de la résistance.
Les huit hôpitaux israéliens les plus proches de la frontière ont accueilli quelque 2 000 soldats blessés.
230 à 300 000 colons ont fui le nord d’Israël.
120 000 soldats israéliens doivent rester dans le nord pour sécuriser la frontière.

Nasrallah a également souligné que les différents membres de la résistance peuvent apporter des avantages à leurs patries respectives (Liban, Irak, Yémen).

Depuis 1948, c’est Israël qui a déplacé le peuple libanais et construit des zones de sécurité sur le territoire libanais. Aujourd’hui, les colons fuient et Israël construit une ceinture de sécurité de son côté de la frontière.
Si la situation au Liban s’aggrave, le pays aura la possibilité de récupérer toutes les terres qu’Israël occupe encore.
En Irak, la résistance a désormais la possibilité de chasser à nouveau les États-Unis. Les États-Unis prétendent être là pour combattre ISIS, mais ISIS est une fabrication américaine.
Au Yémen, la résistance gagne les applaudissements internationaux et le respect pour son gouvernement Ansar Islam (Houthi).
Tous les pays résistants sont en danger d’attaques israéliennes si la résistance à Gaza est vaincue. Aider Gaza est donc dans l’intérêt de tous ces pays.

Nasrallah a terminé son discours par les salutations habituelles aux martyrs et à leurs familles.

Dans l’ensemble, Nasrallah était de bonne humeur. Il semble penser qu’Israël est actuellement dissuadé d’attaquer le Liban.

Mais même s’il devait attaquer le Liban, le Hezbollah en profiterait pour améliorer sa position.

Check Also

How Kyiv Drove Russia’s Fleet Out Of Crimea – Analysis

A significant development in the war in Ukraine is not getting much attention. The last …