Frapper le Yémen de loin n’aboutira à rien

«Le Commandement central étatsunien (CENTCOM) a annoncé que les forces étatsuniennes ont lancé une nouvelle frappe, ciblant un site radar présumé utilisé par le mouvement Ansarullah au Yémen.

La frappe, menée par l’USS Carney (DDG 64) à l’aide de missiles d’attaque terrestre Tomahawk, fait suite à la précédente le 12 janvier.

Des rapports provenant de plusieurs sources indiquent que les frappes aériennes ont visé les environs de l’aéroport de Sanaa et ses environs, au nord de la capitale yéménite. Selon CNN, un responsable étatsunien a révélé que cette frappe avait été menée unilatéralement par les États-Unis et qu’elle était de moindre envergure par rapport aux actions précédentes».

D’autres rapports confirment que cette deuxième attaque en autant de jours visait un site radar :

«Les États-Unis ont lancé une nouvelle frappe aérienne sur une installation de radar rebelle houthi vendredi, dans ce qui a été décrit comme une attaque de suivi d’un barrage précédent à travers le Yémen visant à dégrader la capacité du groupe à cibler la navigation commerciale en mer Rouge.

Le destroyer USS Carney a tiré des missiles de croisière Tomahawk sur l’installation radar, a déclaré le commandement central étatsunien dans un communiqué. (…)

Le commandement central a qualifié la frappe de «mesure de suivi sur une cible militaire précise associée aux frappes du 12 janvier»».

Le seul site radar connu près de Sanaa se trouve à l’aéroport que les Saoudiens avaient bombardé à plusieurs reprises. Il n’a été rouvert qu’en 2022, six ans après sa fermeture, à la suite d’un accord de trêve négocié par l’ONU.

Sanaa est à environ 100 km (60 miles) de la côte. Je ne comprends pas pourquoi un radar de contrôle de la circulation aérienne à Sanaa devrait être pertinent pour le trafic maritime en mer Rouge.

Je ne comprends pas non plus pourquoi les États-Unis frappent le Yémen. Les Houthis, qui font partie de la coalition gouvernementale Ansar Allah, veulent combattre les États-Unis. Tant que la guerre contre Gaza se poursuivra, ils ne pourront pas et ne seront pas dissuadés d’attaquer des navires liés à Israël.

De nombreux experts partagent cet avis :

«Les analystes qui étudient les Houthis ont déclaré que les frappes aériennes menées par les Étatsuniens pourraient jouer un rôle dans l’ordre du jour du groupe et pourraient être peu susceptibles d’arrêter les attaques du groupe.

«Ce n’était pas une erreur de calcul de la part des Houthis», a déclaré Hannah Porter, chargée de recherche principale chez ARK Group, une société britannique qui travaille dans le développement international. «C’était l’objectif. Ils espèrent voir une guerre régionale élargie, et ils sont impatients d’être sur la ligne de front de cette guerre».

Quelques heures après la première vague de frappes, un haut responsable houthi, Mohammed al-Bukhaiti, a déclaré que les États-Unis et la Grande-Bretagne réaliseraient bientôt qu’ils s’étaient engagés dans «la plus grande folie de leur histoire»».

(ARK est l’une des nombreuses entreprises qui travaillent clandestinement pour le ministère britannique des Affaires étrangères.)

Les Houthis ont combattu les Saoudiens pendant huit ans et ont sans doute gagné cette guerre. Maintenant, les Saoudiens ont une trêve avec les Houthis et continuent de négocier un accord de paix avec eux. Ils ont constaté qu’il n’y avait tout simplement pas d’autre façon de les traiter.

De nombreux autres experts sont d’accord :

Laurent Bonnefoy, un chercheur qui étudie le Yémen à Sciences Po à Paris, a déclaré que les frappes étaient ce que les Houthis «cherchaient».

«Ils gagnent ce qu’ils veulent, c’est-à-dire apparaître comme l’acteur régional le plus audacieux lorsqu’il s’agit d’affronter la coalition internationale, qui est largement en faveur d’Israël et ne se soucie pas des gens de Gaza», a-t-il déclaré. «Cela génère une certaine forme de soutien pour eux, tant à l’échelle internationale qu’à l’interne». (…)

Ibrahim Jalal, un analyste de l’Institut du Moyen-Orient, a décrit les Houthis comme un groupe militant agile endurci par des années de guérilla au Yémen et par les années de frappes aériennes menées par l’Arabie saoudite.

Ils ont «peu de sites militaires permanents à grande échelle», a-t-il dit, «et utilisent plutôt des rampes de lancement mobiles pour les roquettes et les drones en plus des réseaux de tunnels et de grottes qui compliquent grandement leur ciblage».

Les frappes de vendredi, a dit Jalal, étaient «chirurgicales, en grande partie tactiques et symboliques». Il doutait qu’elles soient dissuasives.

«Les Houthis ont trop peu à perdre», a-t-il dit, et beaucoup à gagner. La guerre à Gaza a permis au groupe de se positionner comme le défenseur de la cause palestinienne dans la région, gagnant le soutien du public au pays et à l’étranger et détournant l’attention du mécontentement national. (…)

Alors que les violences dans le conflit civil au Yémen déclinaient, l’opposition aux Houthis a émergé sur des plaintes qui comprennent l’incapacité du groupe à payer les salaires du secteur public, selon Maysaa Shuja al-Deen, chercheur principal au Centre d’études stratégiques de Sanaa. Mais les attaques des Houthis contre le commerce de la mer Rouge ont touché une corde sensible dans un pays où le soutien aux Palestiniens est universel.

«Maintenant, tout le monde dit : «Nous appuyons les Houthis dans ce dossier», a-t-elle dit.

Les attaques contre le transport maritime ont renforcé les efforts de recrutement du groupe, a-t-elle dit, et au cours des dernières semaines – une période comprenant une rare fusillade entre des combattants houthis et des hélicoptères de la marine étatsunienne – le nombre de recrues a augmenté en flèche, en particulier dans les zones tribales du nord du Yémen.

Depuis les débuts des Houthis en tant que mouvement de jeunesse dans le nord du Yémen il y a des décennies, a-t-elle dit, le groupe s’était imaginé être plus qu’un simple acteur local – «ils avaient l’ambition d’être une puissance régionale».

Maintenant, alors qu’ils affrontent directement les États-Unis et leurs alliés, a-t-elle dit, leur souhait est devenu réalité. Ils ont prouvé leur capacité à frapper des cibles bien au-delà de leurs frontières.

«Les Houthis riposteront», a déclaré Shuja al-Deen. «Et ils le peuvent».

Une vidéo montre qu’après la première frappe, environ un million de personnes ont participé à un énorme rassemblement pro-Houthis anti-USA à Sanaa.

Tout cela était évident pour quiconque a suivi un peu le Yémen. Le pays ne peut être contrôlé que depuis le sol et les Yéménites sont d’excellents combattants. Les Britanniques ont appris cela dans les années 1960 quand ils ont été expulsés du pays alors même qu’ils bombardaient férocement. Les Saoudiens l’ont appris au cours de plusieurs guerres menées (et perdues) contre le Yémen.

C’est pourquoi je ne comprends pas pourquoi la Maison-Blanche fait cette frappe. Les autres non plus :

«[Une] campagne de bombardements aériens et de frappes de missiles de croisière semble peu susceptible de dissuader les Houthis de continuer à essayer, avec les ressources qu’ils conservent, de menacer la navigation maritime de la mer Rouge. Ils ont d’autres moyens à leur disposition, y compris des bateaux explosifs et des mines navales.

Fondamentalement, toute tentative étatunienne d’intimider les Houthis semble souffrir d’un décalage entre leurs niveaux respectifs d’engagement».

Les Houthis veulent se battre tandis que l’administration Biden veut éviter une autre guerre pendant une année électorale.

Lorsque cette action de dissuasion au Yémen n’aboutira à aucun résultat, comme il est probable, enverra-t-elle des troupes au sol ? Quel est le plan lorsque celles-ci échouent ?

Check Also

The Imperial Presidency Unleashed

How the Supreme Court Eliminated the Last Remaining Checks on Executive Power This week in …