Les États-Unis affirment qu’il n’y a pas d’alternative à une guerre plus vaste au Moyen-Orient

La propagande des médias grand public auprès de leurs lecteurs se fait non seulement par ce qu’ils rapportent mais aussi par les points de vue et sujets qu’ils ne rapportent pas.

Un exemple parfait est une récente «analyse» par le New York Times d’une position de la Maison-Blanche sur les troupes américaines au Moyen-Orient.

L’auteur est Peter Baker, correspondant en chef du Times à la Maison-Blanche.

Le nombre d’attaques contre les troupes américaines au Moyen-Orient augmente le risque de décès, une ligne rouge qui pourrait aggraver les choses.

Chaque jour un nouveau tir de roquettes et une autre étincelle dont les responsables américains craignent qu’elle ne déclenche un incendie de violence dans tout le Moyen-Orient.

La dernière attaque contre les troupes américaines dans la région au cours du week-end n’a fait aucun mort, mais le président Biden et ses conseillers craignent que ce ne soit qu’une question de temps. Chaque fois qu’un rapport sur une attaque arrive dans la salle de crise de la Maison-Blanche, les responsables se demandent si cette attaque ne va pas entraîner des représailles plus décisives et déboucher sur une guerre régionale de plus grande ampleur».

Baker n’analyse pas l’hypothèse de la Maison-Blanche. Il part du principe qu’il n’y a pas d’alternative, TINA comme le disait Maggie Thatcher, Premier ministre britannique décédé.

La seule réponse à une attaque meurtrière serait une guerre plus large, sans que l’on sache comment cette guerre serait menée, contre qui ou dans quel but.

Un indice est donné un peu plus loin dans l’article :

«Jeudi, les milices soutenues par l’Iran avaient déjà mené 140 attaques contre les troupes américaines en Irak et en Syrie, et près de 70 membres du personnel américain ont été blessés, certains souffrant de lésions cérébrales traumatiques. Selon le Pentagone, tous les soldats, à l’exception de quelques-uns, ont pu reprendre leurs fonctions dans les plus brefs délais.

Les forces américaines ont parfois organisé des représailles, mais de manière limitée afin d’éviter de déclencher un véritable conflit.

Les responsables de l’administration Biden ont régulièrement débattu de la stratégie à adopter. Ils ne veulent pas laisser de telles attaques sans réponse, mais d’un autre côté, ils ne veulent pas aller si loin que le conflit dégénère en une véritable guerre, en particulier en frappant directement l’Iran. Ils disent en privé qu’ils n’auront peut-être pas le choix si des troupes américaines sont tuées. C’est une ligne rouge qui n’a pas encore été franchie, mais si les milices soutenues par l’Iran ont un jour un meilleur objectif ou plus de chance, cela pourrait facilement être le cas».

Il semble que tout ce qui se passe et tous les groupes au Moyen-Orient soient supposés être «soutenus par l’Iran».

Mais ni le Hamas, ni le Hezbollah, ni les milices irakiennes, ni les Houthis ne sont «soutenus par l’Iran». Ce sont des alliés de l’Iran et les uns des autres, et non des combattants par procuration. Ils fabriquent leurs propres armes et munitions et prennent des décisions indépendantes.

Ni l’Iran, ni le Hezbollah, ni aucune autre entité que le Hamas ne savaient que l’attaque du 7 octobre contre l’État sioniste allait avoir lieu. Leurs réponses, pour autant qu’il y en ait eu, n’ont eu lieu qu’après le retour du Hamas dans la bande de Gaza. Affirmer que tous ceux qui en veulent aux positions américaines au Moyen-Orient sont «soutenus par l’Iran» est une affirmation simpliste qui ne repose sur aucune preuve.

Elle est manifestement faite, tout comme le reste de l’article de Baker, pour préparer le public à une guerre «inévitable» contre l’Iran. Une guerre dans laquelle les États-Unis subiront probablement une nouvelle défaite.

Pour étayer sa thèse d’une décision alternative libre, le Times consulte un «expert» :

«L’administration est confrontée à un problème sans solution hors risque», déclare Aaron David Miller, négociateur de longue date pour la paix au Moyen-Orient, qui travaille actuellement à la Fondation Carnegie pour la paix internationale. «Ils ne veulent pas frapper directement l’Iran par crainte d’une escalade, ce qui ne ferait qu’élargir la marge de manœuvre des groupes pro-iraniens, y compris les Houthis, pour frapper les forces américaines. À un moment donné, si les forces américaines sont tuées, elles n’auront pas d’autre choix que de riposter directement contre les moyens iraniens»».

Il existe bien sûr d’autres alternatives et des «solutions sans risque».

En vertu du droit international, les bases militaires américaines en Syrie sont illégales. Aucune résolution du Conseil de sécurité des Nations unies n’a autorisé une intervention militaire en Syrie et le gouvernement syrien n’a pas non plus invité les troupes américaines à s’y rendre.

La position américaine en Irak est également illégale. Le parlement irakien a voté contre toutes les bases américaines dans son pays. Le gouvernement irakien a exigé le départ des troupes américaines et cherche à négocier pour y parvenir. La soi-disant milice irakienne et ses commandants font d’ailleurs partie intégrante de l’armée irakienne officielle. Toute attaque contre eux est une attaque contre l’État irakien.

Les États-Unis pourraient simplement rappeler leurs troupes de Syrie et d’Irak. Cela mettrait assurément fin à toutes les attaques contre eux.

Les États-Unis sont intervenus au Yémen en bombardant les troupes du gouvernement Ansar Allah, qui cherchait à bloquer les navires liés à Israël jusqu’à ce que ce dernier lève le siège de Gaza.

Les navires liés aux États-Unis n’ont été attaqués qu’après que les États-Unis ont lancé ce qui s’apparente à une guerre totale contre le Yémen.

Les États-Unis sont libres de retirer leurs troupes de leurs positions en Syrie et en Irak. Les États-Unis peuvent cesser leurs attaques contre le Yémen à tout moment. Cela mettrait immédiatement fin aux attaques yéménites contre les biens américains sans rien changer d’autre. Les États-Unis pourraient refuser de soutenir la guerre génocidaire contre Gaza.

Toutes ces mesures mettraient fin à l’action hostile actuelle contre les biens américains.

Mais aucune de ces alternatives n’est jamais mentionnée dans l’article de Baker. Il n’y a pas d’alternatives dans ce texte parce qu’il refuse de les fournir et de les discuter.

Baker termine par une citation de la Maison-Blanche :

«Nous devons nous prémunir contre la possibilité qu’au lieu de nous diriger vers une désescalade, nous soyons sur la voie d’une escalade que nous devons gérer», a déclaré la semaine dernière Jake Sullivan, conseiller du président en matière de sécurité nationale, lors d’une intervention au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

«Cela reste un élément central de notre stratégie», a-t-il ajouté. «Nous essayons de nous assurer que nous gérons l’escalade au Moyen-Orient dans toute la mesure du possible, en prenant toutes les mesures possibles à cet égard, et que nous nous engagions finalement sur la voie de la diplomatie et de la désescalade»».

Selon Sullivan, il n’y a pas d’autre solution que la tâche simpliste de «gérer l’escalade», ce qui conduira inévitablement à de nouveaux affrontements. Et ce, même si l’alternative la plus évidente est de se retirer et de cesser tout engagement militaire dans les pays concernés.

Le TINA, comme le prétendent le Times et la Maison-Blanche, n’existe pas. Il existe toujours des alternatives à la guerre.

Check Also

The Imperial Presidency Unleashed

How the Supreme Court Eliminated the Last Remaining Checks on Executive Power This week in …