Le mystère de l’attaque de Tower 22

«La Résistance islamique en Irak a revendiqué la responsabilité d’une attaque majeure contre une base militaire américaine en Jordanie. Les États-Unis ont déclaré que le nombre de victimes «pourrait augmenter»».

Trois soldats américains ont été tués et plus de 30 autres blessés dans une attaque de drone contre une base militaire américaine en Jordanie, a rapporté dimanche CNN, citant des responsables américains.

Selon le réseau d’information américain, c’est «la première fois que des soldats américains sont tués par des tirs ennemis au Moyen-Orient depuis le début de la guerre à Gaza».

L’attaque aurait été menée contre la Tour 22, un avant-poste militaire situé près de la frontière avec la Syrie.

Three US soldiers were killed and over 30 wounded in a drone attack on Tower 22 military base in Jordan.https://t.co/Q4HynXvhA4 pic.twitter.com/xrVKtrVbMP
— The Palestine Chronicle (@PalestineChron) January 28, 2024

Hier, 3 soldats américains ont été tués et 34 blessés lors d’une attaque qui aurait frappé un endroit connu sous le nom de Tour 22. Cela fait partie de la zone d’Al Tanf où les troupes américaines occupent certaines parties de la Syrie pour contrôler la circulation sur la route principale entre l’Irak et la Syrie.

Jusqu’à présent, les rapports ne répondent pas à de nombreuses questions qui se posent.

La tour 22 se trouve du côté jordanien de la frontière, mais la Jordanie insiste sur le fait qu’aucune attaque n’a eu lieu sur son terrain.

Une autre anomalie est le taux élevé de blessés suite à la prétendue frappe de drones. Les drones sont utilisés en masse dans la guerre en Ukraine, mais les pertes qu’ils causent sont généralement inférieures à une poignée par drone.

Les défenses aériennes hautement automatisées à courte et moyenne portée (C-RAM, l’équivalent des canons navals Phalanx) de la base devraient être capables d’abattre n’importe quel drone. Pourquoi n’ont-ils pas fonctionné ?

Les États-Unis ont également utilisé la base d’Al Tanf et le camp de Rukban pour héberger et entraîner des groupes dissidents de l’EI afin qu’ils puissent attaquer les ennemis présumés des États-Unis. Est-ce que l’une de ces personnes était dans les parages ?

Les États-Unis affirment qu’un groupe de résistance irakien, prétendument soutenu par l’Iran, est responsable de cette frappe. Il existe plusieurs groupes de ce type alliés à l’Iran en Syrie et en Irak. Lequel d’entre eux a fait ça ? Les États-Unis le savent-ils ?

L’Iran nie toute implication dans l’attaque.

Cette attaque constitue certainement une escalade par rapport aux précédentes. Le président Biden a déclaré qu’il y répondrait.

Reste alors à savoir où répondre (Syrie, Irak, Iran) et à quel niveau/grade. Il est fort probable que les États-Unis intensifieront leurs bombardements antérieurs contre tel ou tel groupe de résistance irakienne. Si les États-Unis attaquent des institutions ou des positions liées à l’État, la situation va encore s’aggraver.

Le camp de la résistance s’efforcerait alors encore plus d’endommager davantage les actifs américains. Depuis l’assassinat du général Qassem Soleimani par les États-Unis, son objectif général est d’éloigner les États-Unis du Moyen-Orient.

La réponse immédiate des États-Unis à cette attaque a été l’activation d’avions ravitailleurs à long rayon d’action :

At least 6 U.S. Air Force KC-135 Aerial-Refueling Tankers, most from March Air Reserve Base in Southern California, are heading Northeast across the United States and preparing to Transit the Atlantic towards the U.K. and Europe. I wonder what kind of Aircraft they are Refueling?… https://t.co/AX12qrNhfs
— OSINTdefender (@sentdefender) January 29, 2024

Au moins 6 ravitailleurs aériens KC-135 de l’US Air Force, la plupart provenant de la base de réserve aérienne de March en Californie du Sud, se dirigent vers le nord-est des États-Unis et se préparent à transiter par l’Atlantique vers le Royaume-Uni et l’Europe. Je me demande quel type d’avion ils ravitaillent ?

Les ravitailleurs aériens sont utilisés pour maintenir les avions de combat dans les airs pendant plusieurs heures. Les raisons de maintenir les avions à réaction dans les airs ne sont pas nécessairement d’attaquer quelqu’un, mais d’empêcher leur destruction par une attaque contre leurs propres aéroports.

Les États-Unis disposent de nombreuses bases au Moyen-Orient qui abritent des avions couteux.

Si les États-Unis soupçonnent que ces bases seront attaquées, ils auront besoin de grandes capacités d’avions-citernes pour sauver les avions qui y sont actuellement stationnés.

On pourrait en conclure que les États-Unis attaqueront une cible si importante qu’ils devront se préparer à une riposte totale contre leurs propres bases au Moyen-Orient.

Il existe plusieurs autres possibilités, mais celle-ci semble être la conclusion la plus probable.

Prenons maintenant du recul pour examiner la situation dans son ensemble.

L’escalade actuelle au Moyen-Orient est due à la tentative sioniste de nettoyer ethniquement Gaza, la Cisjordanie et le sud du Liban. Le soutien actif des États-Unis à cet objectif a conduit à davantage de guerres américaines au Yémen, en Irak et maintenant en Syrie. Même si les États-Unis ont affirmé qu’ils ne voulaient pas d’une guerre totale au Moyen-Orient, ils font de leur mieux pour la promouvoir.

La décision dystopique des États-Unis et de leurs vassaux européens de refuser tout soutien à l’UNRWA en guise de vengeance pour la décision de la Cour internationale de Justice contre le génocide des Palestiniens par Israël a été une nouvelle escalade. On savait depuis des semaines qu’une douzaine ou moins des 30 000 employés de l’UNRWA étaient probablement impliqués dans les événements du 7 octobre. Le fait d’annoncer cela juste après le dictum de la CIJ est un acte de vengeance évident contre l’ensemble du système des Nations unies.

Il s’agit d’un ordre fondé sur des règles, dans lequel les États-Unis établissent et rejettent toutes les règles à leur guise, luttant contre le droit international et humanitaire établi de longue date.

Francis Boyle states that with States (including US and UK govs) cutting off funding to UNRWA, it is "no longer the case of these States aiding and abetting Israeli Genocide against the Palestinians in violation of Genocide Convention article 3 (e) criminalizing 'complicity' in…
— Sam Husseini (@samhusseini) January 27, 2024

Francis Boyle déclare qu’avec les États (y compris les gouvernements des États-Unis et du Royaume-Uni) coupant le financement de l’UNRWA, on est au delà «du cas de ces États aidant et encourageant le génocide israélien contre les Palestiniens en violation de l’article 3(e) de la Convention sur le génocide criminalisant la «complicité»» dans le génocide ; Ces États violent désormais également directement l’article 2 (c) de la Convention sur le génocide par eux-mêmes : «Soumettre délibérément au groupe des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique en tout ou en partie…»

La CIJ est le plus haut tribunal indépendant dont dispose l’humanité. Les États-Unis et leurs mandataires ont décidé de lutter contre la loi mondiale en vigueur.

Il s’agit d’un ordre fondé sur des règles contre quiconque ne le respecte pas. C’est le passé unilatéral qui lutte contre l’avenir multilatéral naissant. Une période dangereuse.

Comme le cite Arnaud Bertrand :

«Le vieux monde se meurt, et le nouveau monde peine à naître : c’est maintenant le temps des monstres».

Check Also

Precision over power: How Iran’s ‘obsolete’ missiles penetrated Israel’s air defenses

Iran’s successful breach of Israel’s highly regarded air defenses, despite the multi-nation alliance that joined …