Pourquoi les États-Unis continuent-ils à créer des guerres tout en disant qu’ils ne les cherchent pas ?

Vendredi, heure locale, les États-Unis ont annoncé qu’ils avaient mené des frappes aériennes sur plus de 85 cibles en Irak et en Syrie contre la Force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran et les milices qui lui sont affiliées. Cela rend les relations déjà dysfonctionnelles entre les États-Unis et l’Iran plus compliquées et plus dangereuses. Les deux pays ont affirmé qu’ils n’avaient pas l’intention d’entrer en guerre l’un contre l’autre. Nous avons toutes les raisons de croire que c’est vrai, mais les deux parties se rapprochent de plus en plus d’un conflit direct et même d’une guerre. Il vaut la peine d’explorer en profondeur quelles sont les forces et la logique qui sous-tendent une telle évolution.

Après l’action des États-Unis, trois pays – l’Irak, la Syrie et l’Iran – ont exprimé leur colère et ont fermement condamné les frappes aériennes américaines dans un premier temps. Avant tout, il faut dire que cette action des États-Unis constitue une violation flagrante de la souveraineté de l’Irak et de la Syrie et va à l’encontre des buts et des principes de la Charte des Nations unies. Les États-Unis ont prétendu frapper les «forces soutenues par l’Iran», mais cela a fait des victimes civiles en Irak et en Syrie. L’imprudence dont font preuve les États-Unis dans l’affirmation de leur hégémonie exige de la communauté internationale qu’elle trouve des moyens de la restreindre. La Chine a toujours prôné le règlement des différends par des moyens pacifiques et s’est opposée à l’usage ou à la menace de la force dans les relations internationales. Il a préconisé que toutes les parties respectent effectivement les buts et principes de la Charte des Nations unies et les normes fondamentales des relations internationales, et que la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Irak et de la Syrie soient effectivement respectées et sauvegardées. Il est très clair que la Chine s’oppose et condamne de telles actions américaines.

En outre, nous aimerions prendre l’exemple du jeu entre les États-Unis et l’Iran pour approfondir les risques géopolitiques et leurs causes profondes. Au cours des dernières décennies, les États-Unis et l’Iran ont été dans un conflit et un jeu entremêlés, qui sont devenus un thème principal de l’évolution de la situation au Moyen-Orient. Ce qu’il faut reconnaître, c’est que les États-Unis et l’Iran sont des maîtres géopolitiques, mais la situation évolue vers un possible conflit direct. Si nous laissons cela se développer, la situation dans la région prendra une ampleur inhérente de détérioration auto-accélérée. À ce moment-là, ni les États-Unis ni l’Iran ne seront en mesure de contrôler la situation, et aucune des deux parties ne pourra façonner le modèle selon sa volonté. En outre, il est peu probable que l’ampleur de l’impact se limite uniquement aux États-Unis et à l’Iran, car tout conflit au Moyen-Orient a un effet de contagion très important.

L’hégémonie américaine est le nœud du problème. Plus précisément, il existe une contradiction structurelle entre l’hégémonie mondiale des États-Unis et les puissances régionales. Pour maintenir leur hégémonie, les États-Unis utilisent toujours les moyens simples et brutaux des sanctions économiques et des frappes militaires. Avec un effet marginal nettement décroissant, c’est loin d’être ce qu’il faut pour s’adapter à la situation complexe et en évolution rapide. Après presque toutes les actions militaires au Moyen-Orient depuis le début du conflit israélo-palestinien, y compris les frappes aériennes de vendredi, les États-Unis soulignent qu’ils ne cherchent pas «une guerre plus large» ; Pourtant, elle n’est pas disposée à prendre l’initiative de restreindre son propre comportement et d’ajuster sa politique au Moyen-Orient. En conséquence, plus les États-Unis disent qu’ils ne poursuivent pas un conflit, plus ils sont plongés dans un conflit.

La BBC a révélé que plus de 800 responsables en service aux États-Unis et en Europe ont signé une déclaration avertissant que la politique de leurs propres gouvernements sur le conflit de Gaza pourrait constituer de «graves violations du droit international». Ces responsables ont déclaré qu’ils avaient exprimé leurs préoccupations professionnelles en interne, mais qu’ils avaient été «écartés par des considérations politiques et idéologiques». Ce développement sans précédent est le dernier signe de dissidence au sein des nations alliées occidentales, indiquant que beaucoup en Occident sont conscients que le problème réside dans les politiques erronées de l’Occident au Moyen-Orient, en particulier des États-Unis.

Les États-Unis possèdent sans aucun doute une influence et une présence militaire significatives au Moyen-Orient. Cependant, qu’il s’agisse de l’entrée «anticipée» dans le dilemme du Moyen-Orient ou des actions de représailles «attendues», il est évident que l’approche américaine au Moyen-Orient n’est plus efficace. Jusqu’à ce stade du conflit israélo-palestinien, s’il y a un consensus international, c’est que les aspirations du peuple palestinien ne peuvent être ignorées et que la solution à deux États est irremplaçable. Si la véritable racine du conflit israélo-palestinien n’est pas reconnue, le cycle «attaque-représailles» risque de persister, et Washington n’aura peut-être pas la capacité de naviguer calmement au «bord de la guerre».

Les États-Unis ont imposé des sanctions globales à l’Iran depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il a directement déployé des frappes aériennes militaires contre ce qu’il prétend être les «forces soutenues par l’Iran», ce qui, dans une certaine mesure, indique également l’inefficacité de ces sanctions. Les répercussions de l’usage de la force dépassent évidemment celles des sanctions, et les États-Unis l’ont probablement compris. Cependant, au fil des ans, au lieu de réduire le recours aux sanctions et à l’usage de la force, les États-Unis l’ont peut-être même renforcée. Nous devons souligner que le dilemme stratégique auquel sont confrontés les États-Unis est devenu un problème régional et mondial important.

Check Also

Iran Update, July 14, 2024

The Israel Defense Forces (IDF) confirmed that it killed Hamas Khan Younis Brigade Commander Rafe …