Sur les Partisans de Dieu du Yémen

Dans une vidéo datant de 2006, Judith Butler affirmait que «le Hamas et le Hezbollah sont des mouvements sociaux progressistes et font partie de la gauche mondiale». L’essayiste queer étatsunienne montrait une maîtrise des problématiques de l’«Orient compliqué» aussi brillante que ses connaissances de l’intimité masculine. Cette prise de position entérina l’existence universitaire de l’islamo-gauchisme. On attend cependant la manifestation des wokistes pour le djihad ou la mise en vente des abaya pour hommes déconstruits.

Dans sa déclaration, Judith Butler aurait pu y inclure les Partisans de Dieu au Yémen qui existaient depuis déjà deux ans. Le monde entier les a découverts, le 19 novembre 2023, quand, caméras GoPro sur la poitrine, des commandos s’emparent du navire de transport Galaxy Leader et le détournent vers le port de Hobeida. Cette action est un acte de propagande réussi. Le monde médiatique parle dorénavant des «milices Houthis». C’est un abus et une facilité de langage pour une opinion qui ignore le contexte politique agité en «Arabie Heureuse», nom antique du Yémen.

Ansar Allah, ou en arabe «Partisans de Dieu», sont fondés vers 2004 par Hussein Badreddine el-Houthi (1960 – 2004) (photo). Ce mouvement s’inscrit dans la complexité socio-culturelle du Yémen. La société traditionnelle yéménite se structure en effet autour des clans, des tribus et des fédérations tribales aux fortes traditions guerrières. À cette sociologie complexe s’ajoute la consommation généralisée et coutumière du khat, une «plante à mâcher» aux effets psychotropes majeurs. Il faut y ajouter les effets d’une histoire récente avec la division jusqu’en 1990 entre la République arabe du Yémen (ou Yémen du Nord) et la République démocratique populaire du Yémen (ou Yémen du Sud pro-soviétique). L’union de 1990 est rompue dès 1994 avec les velléités sécessionnistes du Sud contre la mainmise des «Nordistes». Or le président Ali Saleh réprime avec violence ce séparatisme en moins de deux mois. Son autoritarisme irrite très vite de nombreuses tribus dont celle des Houthis du Haut-Yémen près de la frontière saoudienne.

Militant politique et prédicateur religieux, Hussein Badreddine el-Houthi conteste les autorités en place. Son assassinat déclenche la révolte de la région de Saada qui engendre ensuite une féroce guerre civile d’une rare intensité. Pour faire simple, les Partisans de Dieu affrontent non seulement les troupes gouvernementales, mais aussi les Frères musulmans, les indépendantistes du Sud ainsi que les islamistes de Daech et d’Al-Qaïda (qui se détestent réciproquement) sans oublier l’intervention armée de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Soudan, de la Jordanie, du Qatar et de l’Égypte. Au cours de leur avancée vers la capitale Sanaa, Ansar Allah amalgame en leur sein des unités nassériennes et baasistes. N’oublions pas qu’en 1990 – 1991, le Yémen soutenait l’Irak de Saddam Hussein dans la formation du gouvernorat du Koweït.

Les Partisans de Dieu du Yémen ne se limitent plus aux seuls Houthis et à leurs alliés. Ils ont su se coaliser avec d’autres clans, tribus et confédérations coutumières. Leur discipline interne, leur combativité et leur sens tactique attirent très tôt l’attention de la Jamahiriya arabe libyenne de Mouammar Kadhafi et, selon des sources journalistiques anglophones, une aide logistique militaire de Pyongyang leur parvient par l’intermédiaire d’un négociant syrien proche du président Al-Assad. Les missiles et les drones de guerre ne seraient donc pas iraniens, mais plutôt coréens du Nord !

L’Occident se focalise sur les liens supposés entre Ansar Allah et la République islamique d’Iran. Certains services de renseignement occidentaux insistent sur les années d’études de Hussein Badreddine à Qoms et oublient qu’il aurait aussi étudié au Soudan à l’époque où s’exerçait sur ce pays le magistère intellectuel de Hassan al-Tourabi (1932 – 2016), penseur soudanais des Frères musulmans, théoricien d’un nationalisme-révolutionnaire à la fois panarabe et panislamiste en synthétisant les thèses de l’islamiste radical égyptien, proche des Frères musulmans, Sayyid Qutb (1906 – 1966), et du philosophe chiite d’extrême gauche Ali Shariati (1933 – 1977). Pourquoi ce tropisme, plus ou moins exact, vers l’Iran ?

Une partie non négligeable des Yéménites professe le zaïdisme, une branche méconnue de l’islam chiite. La rupture entre les zaïdites et les autres chiites se produit entre les fils du quatrième imam, Ali Zayn al-Abidin (659 – 713). La majorité des chiites juge que la succession revient à Muhammad al-Bakir (677 – 733), le cinquième imam, tandis qu’une minorité reconnaît son frère Zaïn al-Abidin (695 – 740). Ce dernier prétend que l’on ne peut être imam que si l’on se déclare publiquement, ce que refuse Muhammad al-Bakir. Par ailleurs, instruit dans le mutazilisme, Zaïn al-Abidin entend concilier la raison et la tradition.

Les zaïdites se sentent assez proches du sunnisme au point que certains érudits du Coran les considèrent comme la cinquième école juridique de l’islam sunnite. Les zaïdites n’adhèrent pas à l’occultation de l’iman cher aux ismaéliens et aux imamites. Ils n’insultent pas les trois premiers califes et réclament que la direction spirituelle de la Communauté des croyants revienne de droit à l’un des descendants de Fatima et d’Ali. Dans l’histoire, le zaïdisme se manifesta sous les Idrissides du Maroc (789 – 985) et les Alavides en Asie centrale (864 – 928). Plus récemment, entre 1878 et 1962, un iman zaïdite régnait sur le Yémen du Nord avant que les républicains aidés par les nassériens égyptiens ne le renversassent.

Aujourd’hui, les Partisans de Dieu du Yémen s’affichent en fer de lance de l’«Axe de la Résistance» contre les États-Unis et l’État d’Israël. Leur modèle est le Hezbollah. Ce n’est pas un hasard si leur nouveau symbole reprend celui du mouvement chiite libanais avec une autre couleur. Leur défense active de la cause palestinienne n’est pas une surprise dans un État en guerre avec Tel-Aviv depuis des décennies.

L’ouverture d’un front naval au détroit de Bab el-Mandeb pèse sur la «liberté des mers» défendue avec énergie par les puissances commerciales thalassocratiques. Afin de contrer des actions téméraires qui contrarient la fluidité du marché planétaire, Washington vient d’organiser une opération dont le nom «Gardiens de la Prospérité» ressemble à une mauvaise reprise d’une super-production sortie de Marvel. Il s’agit d’une opération internationale avec le Royaume Uni, Bahreïn, le Canada, le Danemark, la Norvège, la Grèce, les Pays-Bas et les Seychelles. Dans les faits, la puissance de feu effective repose sur la seule flotte étatsunienne, les trois destroyers britanniques et une frégate grecque. Les Seychelles se mobilisent sur la transmission des informations tandis que les Canadiens, les Norvégiens et les Néerlandais prennent part à la mission au niveau de l’état-major.

La mondialisation entraîne parfois des conséquences étranges. Le déclenchement de la guerre entre le Hamas et Israël, le 7 octobre dernier, peut faire passer un autre conflit de sa dimension strictement locale à une portée internationale. Les actions des Partisans de Dieu entravent le commerce planétaire. Elles prouvent la nocivité des traités de libre-échange et la faiblesse intrinsèque des échanges économiques intercontinentaux. L’autarcie du XXIe siècle est probablement née dans les faubourgs bombardés de Sanaa.

Check Also

Yémen : Les pilotes US offusqués par des attaques intenses d’Ansarullah

Les pilotes de chasse de la marine américaine ont décrit comme «traumatisantes» leurs rencontres avec …