Les aventuristes

Cette sensation d’un mauvais film désolidarisé. Qui n’apparait que comme un miroir brisé. Où lubies et délires malsains l’emportaient. Où les si mauvais rôles des trop milliardaires étaient archi-bâclés. Comment ? En passant tout sous silence leurs impacts si négatifs sur la société, leurs poids trop abusifs de sur-assistés sur la communauté solidaire. Tout caché, occulté, placé dans les brouillards trouillards où tout le monde s’y perd. La base c’est le si affolant toujours se mentir à… soi-même. Oui se leurrer, fuir les réalités, se raconter des histoires : ils ne savent pas ce qu’ils font. Chaque jour plus d’incohérences. Et, pire, ils nous ensevelissent le futur sous ce scandaleux aventurisme ! Résultats ? Ils ne vantent ivrognement que leurs dangereuses incompétences notoires.

  1. Le pouvoir solitaire ne fonctionne pas du tout !

Comment sans consultations, débats fournis, examens approfondis des options possibles, écoutes objectives, sérieux en tout, etc. oui comment décider pour le mieux ? Réponse : sans cela c’est toujours décider pour le pire. C’est ruiner le pays et le conduire à sa perte en se mentant effrontément. L’aventurisme malade des néolibéraux les écartent de partout. Des fanatiques aveuglés. Ils ne vivent que dans des fictions irréalistes, leur vision du monde est la plus médiocre possible. Aucune grandeur ne transparait dans leurs mesquineries.

Et leurs réveils vont donc être brutaux !

Puisque jamais ils ne se placent, durs rêveurs, au regard de la réelle Russie. Ce n’est qu’un flou rêvé. Rien sur la situation économique avec plus d’avenir que l’Europe autruche – évitée la vraie situation militaire rationnelle et très réfléchie- méconnu l’état d’esprit collectif – les buts poursuivis non examinés ! aucun impérialisme ni colonialisme, aucune avidité insensée envers les biens et terres des autres tels les états-uniens dépravés. L’occident solitaire s’en prend donc à une entité inexistante et s’enivre sur ce qui n’existe pas. Ne réfléchit plus mais rêvasse dans le vide, avec des images si infantiles. Genre : la France n’est pas en guerre avec la Russie. Quelques jours plus tard guerre totale (tels des diables surgissant grotesquement de leurs boîtes) c’est nous allons ruiner agressivement l’économie russe, ou avec 1500 soldats la contraindre à se rendre sans conditions. Donc rien de sérieux, de constructif du tout. Rien de réfléchi, de préparé, aucun plan, encore moins de stratégie, etc. Là où il n’y a pas de contradicteurs les pensées sont en grand danger de vide complets… Réveils brutaux. Tout n’aura été qu’un niais monologue. Monologue à côté de la plaque. Qui donc s’auto-effondre tout seul…

Oui se méfier du trop seul : aucune vraie pensée n’existe chez lui/eux. Une pensée construite nous montre les 12 ou-20 articulations, les font coulisser. Se vérifie devant nous tout le circuit. La non-pensée du trop seul ne trouve que 2 ou 3 articulations bâclées, ne reste que dans le sommaire, le trop abrégé qui ne conduit nulle part. L’erreur dramatique ne repose pas sur un «si c’est réel et démontrable je le dis» mais bien sur un mal égaré «si je le dis c’est «donc» vrai». Effondrement massif qui refuse de savoir que les levées des inhibitions ne prouvent rien. Rien d’autre qu’un laisser-aller facilité par des diarrhées de mots qui nous cachent tout sous le tapis. Pas de vérifiable ni de reproductible : soit si ce que je dis est vrai tout le monde (sans moi, hors ma présence) peut le refaire. Et je dois avoir laissé assez de signaux réels pour que tout le monde puisse vérifier tout le circuit. Pas de flou que du net. D’où, lors de l’absence des vérifiables ni reproductibles, les prurits inflammés s’osent rigidifier une… autorité non existante dans l’architecture de la réflexion. Et les crispations autour du si je ne peux convaincre, si je n’ai pas d’argument solide, si je ne suis pas clair… j’impose, je contraints, je violente, je cogne, etc. Je ne me respecte pas donc je ne puis respecter les autres. Je m’égare dans les apparences ! Autoritariste ? Oui je me déguise en autoritaire mais sans autorité naturelle. Je ne suis qu’un vain… autoritariste (donc je ne puis gouverner que par la com’ soit «juste faire semblant de gouverner». Apparences. dont les atroces résultats sont de… foutre le démesuré désordre partout.

Exemple des 1500 soldats qui shuntant, court-circuitant, ignorant partout bien les 9/10 du raisonnement… Dont la Russie n’est pas un apartheid génocidaire (comme les inexcusables sionistes si vantés par l’Occident et les USA immoraux) mais bien un pays «normal» qui ne défend que ses frontières agressées. Un pays «normal» qui respecte les lois internationales et pas… de fausses règles détraquées. La réponse de la Russie, aux agressions unilatérales occidentales, est très mesurée. Mesurée puisqu’elle respecte la vie humaine, refuse au maximum les guerres et morts inutiles… La Russie n’envahit pas les USA, la Russie n’envahit pas la France. Ce sont eux qui veulent les envahir, oui les USA et l’Occident. Qui sont dans leurs torts les plus complets… ils attaquent la Russie qui, elle se défend. Aussi bien, les motifs occidentaux sont… inavouables. Les 9/10 des raisonnements restent absents ou volontairement effacés…

Pour les 1500 soldats français les 9/10 du raisonnement sont bien volontairement effacés. Lorsque l’on est trop seul on ne sait pas vraiment penser. Ces 1500 soldats vont en fait «envahir» la Russie dans ses droits souverains à «défendre» son propre territoire. Et s’ils étaient inclus dans les mécanismes du système de sécurité intérieur. En cas de dommages, ce sont les gouvernements, ayant donné ces ordres «trop aventuristes», ne respectant pas le droit international, les véridiques fauteurs de troubles. Si l’occident use et abuse tant des «sanctions» envers le reste du monde, quoi de plus légal et juste qu’ils en goûtent aussi ! Actuellement – alors que le système multipolaire (celui qui garantit la paix mondiale) est en train de s’installer, ils demeurent les uniques agresseurs mondiaux. Ceci doit cesser. Pour la France aussi ! Le système unipolaire ne sème que conflits inhumains et troubles d’avidités !

C’est que le simplisme du fascisme se décrit ainsi : je parle tout seul, je calomnie l’autre, parle à sa place de nauséabonde manière et je … l’empêche de répondre. En me prétendant même du côté du bien – étrange bien qui ne cause que du mal. Et fait donc tout mal. Exemple : décrire la Russie agressés que comme l’agresseur. La Russie respecte ses soldats ne les sacrifie pas, tient à eux !…

L’idée de «sacrifier» ces soldats afin de, machiavéliquement, faire haïr la Russie ne vient que des gouvernements aventuristes. Ce sont eux le mal dans cette situation. Et le retour de bâton, le boomerang qui revient à ses expéditeurs. Ce sont leurs affaires, pas celles des autres pays ni de la population. Tant de cynismes dénudés et d’irrespects de la vie humaine dépassent la dose ! La population française a de la sympathie pour les méthodes russes – mais une répulsion totale envers les génocides des sionistes… Le coup, à travers des manipulations si tordues, de déclencher la haine antirusse cela ne peut fonctionner. Les discrédits vont retomber entièrement sur l’occident. Le fauteur unique des désordres, des chienlits et autres injustices.

  1. Lorsque petit nombre peut absolument nuire à un pays entier

Même avec plus de 80% contre, contre moins de 1% ? Même contre le monde entier ? Dans cette ambiance de démesures des égoïsmes en folies, mieux que jamais savoir nommer, savoir qualifier, savoir pondérer sauve tout. Ainsi l’aventurisme guerrier devrait se voir «sanctionné» d’irresponsabilités inadmissibles. De mises en danger de la vie de la société.

Affrontant directement la bête, nous avons été voir les va-t’en-guerre des 2 guerres mondiales du XXe siècle. Braillant comme de furieux avant les carnages, ensuite, sauf quelque cas de démences maniaques, ces va-t’en-guerre se cachaient la queue basse. Pas fiers d’eux-mêmes du tout. Suant leurs irresponsabilités : ce trop d’inconsciences, d’auto-aveuglements, d’irréflexions insupportables. Affrontons de même la même bête de 2024. «L’aventurisme guerrier de certains dirigeants européens est de l’inconscience suicidaire»… Ces têtes brûlées = les terres brûlées. Impossible d’avoir confiance eux ! C’est qu’ils veulent précipiter toutes leurs passions tristes hors tous contextes rationnels (contextes qui s’analysent !) :

• L’aventurisme guerrier de certains dirigeants européens est de l’inconscience suicidaire

«Bon nombre de politiciens se bercent de l’illusion qu’en adoptant des postures insincères de petits chefs virils, pensent même que nous aurions raison de jouer notre va-tout dans la mêlée sacrificielle de la Troisième Guerre mondiale (ce qui le placent illico du côté des superficiels sans le moindre argument sérieux – superficiels qui peuvent tourner grotesques ou dérisoires !).

Aurions-nous la garantie de gagner la guerre ? Rapidement ? Durablement ? Trois fois non ! Nous n’aurions rationnellement aucune assurance de victoire, dans une guerre dont nul ne peut prétendre qu’elle sera maîtrisée ou contenue (vu ses fomenteurs impréparés, la seule garantie serait le plus grand désordre possible. La sagesse préfère donc la ferme paix. Celle qui commence par annihiler les malsains va-t’en-guerre !!!).

Par ailleurs, sommes-nous sûrs que les Russes ne nous réservent pas quelques surprises en matière d’armement conventionnel ? Nos pitoyables faux stratèges ont-ils déjà oublié les expériences du passé ayant montré que la stratégie de la tromperie («maskirovka») est un élément fondamental de la doctrine militaire russe et que c’est un véritable art de la guerre qu’ils maîtrisent bien (Napoléon puis Hitler s’y sont brisés net !).

Faut-il tenter le diable dans une aventure guerrière alors que l’OTAN n’a aucune expérience opérationnelle de commandement dans le cadre d’une guerre symétrique (l’ex-Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan étaient des guerres irrégulières ou… asymétriques impliquant relativement peu d’hommes, de peu de pays membres) ? Ce qui serait le cas en cas de conflit armé contre la Fédération de Russie, qui elle expérimente depuis deux ans le commandement unifié de toutes ses forces armées (essentiel toujours omis par les si superficiels histrions !).

Des délires va-t’en-guerre tout simplement criminels

Nos irresponsables anti-élites se trompent en pensant que nous accepterons collectivement et gentiment d’être mobilisés pour partir en chantant à la guerre, aux confins des frontières européennes. Si elles parient que les peuples européens sont aussi dociles qu’ils l’étaient en 1914 et en 1939, elles se mettent le doigt dans l’œil… jusqu’au coude. Ceux-ci ne sont pas non plus aussi soumis que les Russes, qui eux n’ont jamais cessé de vivre sous l’emprise de pouvoirs autoritaires et menaçants»… Le gouvernement, entièrement obnubilé, sera obligé de recourir à toutes les forces de l’ordre du pays pour maintenir l’ordre public et mater toute contestation… Ne pouvant plus alors du tout s’occuper d’emmerder la Russie. C’est que – bonne nouvelle – «le grand public» ne veut pas de la guerre ! «Le grand public»- vous nous et les autres archi majoritaires – implique oui «le très petit public» des histrions égarés qui n’ont plus reconfigurés leurs minables manuels de manipulations ! Tout ça date d’au moins 70 ans… Ringard, obsolète.

(…) «dès la loi martiale il n’y aurait plus de démocratie. Il n’y aurait plus non plus d’État de droit qui vaille puisqu’un État qui envoie à la mort ses propres citoyens alors que la Patrie n’est pas du tout en danger (il ne s’agit même pas de se battre en légitime défense) et qui les tue s’ils se rebellent, est devenu paradoxalement une… négation de L’État de droit et une annihilation de la… démocratie parlementaire libérale.

Dans ce contexte, nos gouvernants nous demanderaient de partir participer à une guerre de solidarité au nom de la défense de l’État de droit et de la démocratie alors même que ceux-ci auraient cessé … d’exister chez nous (trop de contradictions incohérentes sont bien en train de les figer sur place !). Et dans ce cas, plus rien ne nous empêcherait d’aller réclamer méchamment des comptes à tous ces politiciens crétins qui auront envoyé à une mort certaine tant de nos compatriotes, sans compter les destructions matérielles que nous auront occasionnées les Russes».

Tant de têtes brûlées, d’irréfléchis embrouillés ne pourront agiter les boucs émissaires habituels. Ils auront trop occupé tout l‘espace médiatique que l’on ne voit plus qu’eux. Impossible de se tromper de fouteurs de merde !!!

CONSTERNATIONS ?!

Lorsqu’un Bruno Le Maire délire ainsi : «la dépense publique augmente il faut «donc» diminuer les dotations aux services publics», nous savons que nous sommes dans l’extrême régression intellectuelle, l’âge de l’idiotie, celui de la déchéance dans les simplismes aberrants. Puisque ? C’est le retour maudit aux slogans fascistes. Puisque ?

1) La dépense publique N’Augmente Pas, mais le Maire a tout à cacher =

LES RECETTES PUBLIQUES DIMINUENT… Et cela depuis des années déjà-

2) Ce qui est très dangereux pour l’avenir de la réPUBLIQUE (celle qui dit que les impôts existent pour alimenter les services publics et que (donc) illégales sont les privatisations !). Si les Recettes diminuent c’est que les insurgés trop riches font sécession et refusent de payer leur «dû». Dû qui vient de «devoir» ; ils ont le devoir de payer leur dû, mais le refusent avec rien qui justifient cette rébellion frontale. Selon le principe parfait «à chacun selon ses… moyens». Actuellement nous avons leur monde barbare inversé : ceux qui n’ont pas de «moyens» paient le maximum et ceux qui ont trop, bien trop de «moyens» ne paient rien, ou presque… vous trouvez cela raisonnable vous ?.

– donc 3) nous sommes à la rencontre où, en même temps, «les Recettes diminuent» (et pas la vraie dépense publique)

Et où

Les trop riches reçoivent encore plus. Ce qui grèvent La dépense publique. Vrai ou faux.

De ce fait, par 2 fois la faute, la très grande faute vient des trop riches pris 2 fois la main dans le sac. Ce qui permet de réhabiliter la nécessité absolue de La dépense publique. Ce qui est la sociabilité même, le partage sensé, la répartition citée dans la Constitution de 1958, la garantie même d’un futur commun. Ce que les monstres égoïstes du privé ne… pourrons jamais concrétiser. Rendus sourds par ses avidités insensées. Et semblant avoir perdu le dernier lambeau de leur raison… raisonnante (relisez les lignes du dessus !)

• Il n’y a pas à diminuer les dépenses mais à récupérer les recettes

La dépense publique ce sont des investissements pour tous – interrompre ces investissements c’est ne plus servir «que» les riches… c’est oui semer l’injustice sociale partout. L’État finance ses dépenses par les recettes or le laxisme abusif envers la fraude fiscale des riches, les exonérations massives, les enfers fiscaux, la part toujours plus restreinte des riches à la contribution générale, etc. nuit aux… dépenses publiques (trop de manques à gagner !). Et donc ? Triste rengaine hypocrite des dépenses à diminuer qui demeure l’écran de fumée et le grave mensonge idéologique. Puisque la part des dépenses publiques en % du PIB est constante depuis 1980. Nous n’avons donc pas à diminuer ce qui n’a jamais… augmenté !

Et que constatons-nous encore ? La vieille ritournelle de «tous doivent faire un effort» ? Et qui donc ce «tous» ? Les trop riches et les 32 000 milliards de $ des enfers fiscaux ? L’ISF toujours… fuie ? Etc. Non et non, jamais de jamais les trop riches n’ont d’efforts à fournir… toujours que des «désefforts anarchistes»… donc toujours les plus pauvres plumés et pressurés illégalement ? Et pour cause… Les constats évités ? ** 1) – Les Français sont pauvres… malgré la dépense publique – donc trop FAIBLE celle-ci… 2) – C’est devenu trop cher d’être pauvre – en effet, seuls les riches reçoivent du… TROP massif assistanat public. Les dépenses ne vont clairement pas vers les pauvres *** 3) – Des mouvements comme «Rendez l’argent» ou bien «l’Audit citoyen de la dette française» ont tous constatés la part carrément excessive des trop riches dans la dette «commune» (ils profitent des déficits publics, les grossissent même, ne paient pas d’impôts, s’enrichissent sur l’argent public à cause désastreux couples «partenariat public/privé» toujours en… défaveur du public, etc. ). Et que donc ? Récupérer 200 milliards d’€ par an c’est facile et rapide.

Et ceci sans diminuer la dépense, au contraire. 200 milliards d’€ – c’est ce que… doivent les riches à la… dépense publique chaque année. Qu’ils rendent l’argent public et la dépense publique pourra même être très bien utilisée…

Les angles aveugles c’est la dissimulation de ceci ; il n’y pas augmentation de la dépense publique mais 2 phénomènes passés sous silence :

La diminution permanente des recettes publiques : les gouvernements refusent de les recouvrir – : les trop riches ayant fait illégale sécession, refusent de payer à la communauté (entre temps ils détournent l’argent public à leur injustifiable profit : en gros ils braquent délinquantement le Trésor Public- et vous ne dites rien ?)… Pire s’il y avait augmentation de la dépense publique c’est parce ces déjà Trop riches PRENNENT TROP. Oui ils piquent un sacré pognon de dingues !!!

Pendant ce temps, les impôts restent un dû un dû est un «devoir» devoir que les insurgés riches refusent d’honorer.

  1. Comment faire ?

Beaucoup de nos textes y répondent directement – encore faudrait-il leur laisser une petite place… là où ils opèrent. En attendant, déroulons un peu du gigantesque potentiel utilisable tout de suite…

1) déjà prendre de la distance – nous n’avons rien à voir avec les histrions illégitimes actuel – donc nous nous éloignons d’eux au maximum. La distance maintenue offre, alors, une vraie vision d’ensemble. Vision d’ensemble qui permet de comprendre l’ensemble de ce qui se passe. Grâce à sa paix et à son honnêteté !

2) Par devoir de solidarité avec l’immense majorité de la population … majorité de 80%, nous ne devons pas relayer, ni faire connaitre le détail des délires gouvernementaux. Pas plus de 10% de nos têtes consacré à examiner et à donner les vraies appellations au sujet de ce qui ressemble à des délinquances des gouvernements. Ne leur renvoyer que la version légale de ce qu’ils font au réel. Consacrer 1% du temps à redresser les effondrements insensés des médias d’argent sale, etc. Donc consacrer 90% du temps collectif à dire et préparer ce qui va se passer dès que nous les aurons faut partir… Ce qui reste tellement plus motivant et énergétisant que l’étalage désastreux de leurs médiocrités.

3) Mettre fin au temps halluciné des «règles» et le remplacer sainement par de vraies lois, lois votées par des élus, élus qui doivent évidemment des comptes – mais élus protégés de toutes pressions et illégaux lobbies.

La règle, qu’est-ce ? Une dangereuse déviation anglosaxonne (cette pandémie ne sévit qu’aux états-unis et au royaume uni). Règles non votées mais imprimées directement par le banditisme des lobbies. Valérie Bugault l’a très bien historicisé !

Voyons quelques de ces graves défaillance mentales nommée règles : privatisations des bénéfices et nationalisations des pertes (le petit nombre non légal vole tout et leurs dettes illégitimes sont payées par tous, sauf par eux ! Règle surtout insensée non ?

Les pollueurs ne sont pas les payeurs : les contre-feux : déverser du purin dans leur jardin avec la pancarte «nous vous polluons «donc» vous devez payer !»

La quasi- insulte à institutions avec ce «vol légal» de l’optimisation fiscale (sic). Soit le très cynique crachat de «l’injuste diminution pour la fiscalité de tous» de par ce sans-gêne «je diminue de moi-même mes impôts dus». Donc du très peu reluisant partout, non ? etc.

4) Inverser leur inversions – voyez : sous le prétexte délirant de «nous n’avons pas besoin de lois – nous sommes déjà la parfaite mesure même des lois», ces énergumènes ont décrété la «dérégulation» sur l’absence de règle… que pour eux ! À noter, déjà, la que dans Nature, ce modèle parfait de l’économie, c’est partout des «régulations». Elle sait bien mieux que nous ! Donc les désaxés capitalistes, de si mauvaise réputation, se croient créateurs et maîtres de la Nature. Si pitoyables maîtres de la Nature. Comparons. Nature : zéro déchet, tout est recyclé, rien n’est gaspillé ; laissée à elle-même la nature produit l’abondance, et moissonne bien assez pour tout le monde (permaculture, la forêt comestible, la «syntropie» ; et même mieux la nature offre tout gratuit, sans discrimination à absolument tout le monde – leçon magistrale de civilisation. Les désastreux «décivilisés» cupides stupides c’est tout l’inverse, inexcusables dégâts et gaspillages. La régulation naturelle c’est vraiment le mieux ! Régularisons, régulons et rendons donc tout… régulier

En conséquence nos piteux dérégularisés qui ne supportent pas (sic !?) les règles se mettent à en entasser sans limite sur les pauvres. Quelles incohérences !!! De quel droit subir leurs irrégularités ? Sur quels arguments sérieux se basent ces antisociaux séparatistes qui veulent tout que pour eux ? Les règles ce n’est donc que de l’arbitraire, insensé arbitraire fondé sur rien du tout – et arbitraire manié par des esprits très immatures qui refusent de rendre de justes comme d’assumer leurs propres responsabilités. Que du très déplaisant en fait ??, etc. etc. Inverser leur inversions soit tout remettre à l’endroit c’est entrer dans…

… le temps de la «dérégulation des pauvres» – les trop riches illégaux ne peuvent plus leur imposer une seule règle.

Avec le prétexte bienfaisant, venu de la pauvreté, de «nous n’avons pas besoin de règles –

… nous sommes déjà la mesure même des règles»

Check Also

Syrian armed groups divided over Turkey-Syria normalization push

In recent days, widespread protests have erupted across many Turkish-controlled towns and cities in the …