La Pologne et la Roumanie tentent-elles d’annexer une partie de l’Ukraine ?

Le conflit ukrainien aurait signifié un retour à la guerre froide entre la Russie et les États-Unis et un retour à la doctrine de l’endiguement, dont les fondements ont été posés par George F. Kennan dans son essai «The Sources of Soviet Behaviour» publié dans le magazine Foreign Affairs en 1947 et dont les idées principales sont résumées dans la citation suivante : «Le pouvoir soviétique est imperméable à la logique de la raison mais très sensible à la logique de la force».

La cinquième phase de la guerre froide s’est déroulée en deux temps : l’entrée de la Finlande et de la Suède dans les structures militaires de l’OTAN, l’augmentation des forces militaires avec quatre nouveaux bataillons déployés à la frontière européenne avec la Russie et la réponse russe à l’installation au Belarus de missiles Iskander-M équipés d’ogives polyvalentes et de missiles antiaériens S-40, selon la dynamique de la guerre froide (action-réaction).

Nous assistons également à la cinquième phase du déploiement du bouclier antimissile en Europe (Euro DAM), qui a débuté en mai 2016 avec l’entrée en service du système de défense antimissile Aegis Ashore sur la base de Deveselu (Roumanie), à seulement 600 km de la péninsule de Crimée. De son côté, la Russie aurait installé à Kaliningrad des missiles Iskander-M équipés d’ogives polyvalentes ainsi que des missiles antiaériens S-400 avec lesquels, selon les termes du politologue Vladimir Abrámov, En cas de fermeture par l’OTAN de l’enclave soviétique de Kaliningrad sur la mer Baltique, la crise des missiles Kennedy-Khrouchtchev (octobre 1962), dont Cuba était l’épicentre, pourrait se reproduire.

La signature de la paix dans le conflit ukrainien est-elle proche ?

Quant aux États-Unis, dans le camp démocrate, les signes de sénilité de Biden, la pandémie de fentanyl et la forte inflation couleraient la popularité du leader démocrate, ce qui pourrait faciliter le retour triomphal de Donald Trump à la présidentielle de 2024 en lui ouvrant la voie vers la Maison-Blanche après les dernières décisions de la Cour suprême. Par conséquent, une victoire républicaine en 2024 représenterait le déclin de la stratégie atlantiste de Biden et Soros, engagée à virer Poutine du pouvoir, la signature d’un accord de paix en Ukraine et le retour à la Doctrine de coexistence pacifique avec la Russie.

Ainsi, après la victoire de Trump, nous pourrions assister à la signature d’un accord de paix stipulant que l’Ukraine ne rejoindra pas l’OTAN et que le différend ukrainien sera délimité avec la division de l’Ukraine en deux moitiés, laissant l’Est du pays, y compris la Crimée, le Donbass, Zaporijia et Kherson sous l’orbite russe. Pendant ce temps, le centre et l’ouest de l’Ukraine actuelle navigueront sous la tutelle de la Pologne. Poutine obtiendrait le contrôle total de la mer d’Azov et l’Ukraine s’assurerait une sortie vers la mer Noire, tandis que la ligne imaginaire reliant Kharkiv, Zaporijia, Bakhmout et Roubijne deviendrait le nouveau mur de Berlin de la guerre froide 2.0.

Un tel accord voudra être torpillé par Zelensky, qui fera tout pour impliquer l’OTAN dans le conflit ukrainien, ce qui ferait encore plus de Zelensky un boulet pour les États-Unis, qui devrait être écarté immédiatement, car il n’est pas exclu qu’il soit accusé de corruption et contraint à l’exil aux États-Unis.

La Pologne et la Roumanie veulent-elles annexer une partie de l’Ukraine ?

La Pologne cherche à devenir un acteur local dans ce nid de frelons qu’est l’Europe de l’Est et à étendre son influence à la région ukrainienne, en revendiquant le droit d’incorporer la région de Lviv, occupée par la Pologne de 1918 à 1939, dans le territoire polonais. Ainsi, selon le directeur du Service de renseignement extérieur russe (SVR), Sergueï Narychkine, dans ses déclarations à RIA Novosti, «les dirigeants polonais ont l’intention d’organiser des référendums en Ukraine occidentale pour obtenir l’annexion des territoires de Lviv, d’Ivano-Frankivsk et de la majeure partie des oblasts de Ternopil en Ukraine».

Pour ce faire, la Pologne a suspendu le traité sur les forces armées conventionnelles en Europe, ce qui implique que la Pologne «ne serait plus obligée de se conformer aux dispositions de l’OTAN sur la limitation de la taille des forces armées et leur déploiement» et serait donc libre d’occuper la région ukrainienne de Lviv et de l’incorporer ensuite à la Pologne après la signature du futur traité de paix entre l’Ukraine et la Russie.

Claudiu Tarziu, président du Conseil national de gouvernement de l’Alliance pour l’Union des Roumains (AUR), dans un discours prononcé dans la ville roumaine de Iasi, a énuméré les territoires que la Roumanie devrait annexer : la région de la Bucovine du Nord, la région de la Bessarabie, le territoire de Hertsa, inclus dans la région ukrainienne de Tchernovtsi, frontalière de la Roumanie, et la région ukrainienne de Transcarpathie. Le territoire ukrainien sous le contrôle de Kiev se réduirait alors considérablement.

Check Also

Hezbollah-Israel clashes intensify as fears grow of all-out war in Lebanon

The situation on the Israel-Lebanon border is worsening, all while US efforts to reach a …