Irak : Le gouvernement va entamer le processus de retrait des forces dirigées par les États-Unis

Cette annonce fait suite à la colère après qu’une frappe de drone américain ait tué un dirigeant d’un parti politique à majorité chiite.

Le Premier ministre irakien a déclaré vendredi que le gouvernement mettrait en place un comité bilatéral pour préparer la fin de la mission de la coalition dirigée par les États-Unis dans le pays.

Le Pentagone a confirmé jeudi avoir mené la frappe qui a tué Moushtaq Jawad Kazim al-Jawari, un dirigeant du Harakat Hezbollah al-Nujaba, qui fait partie du groupe paramilitaire irakien des Forces de mobilisation populaire (PMF).

L’assassinat de Jawari est survenu deux jours après qu’une frappe aérienne israélienne présumée a assassiné Saleh al-Arouri, un haut responsable du Hamas, à Beyrouth, la capitale libanaise, et une semaine après qu’Israël a tué Sayyed Razi Mousavi, un haut responsable du Corps des Gardiens de la Révolution iraniens, en Syrie.

Le Pentagone a déclaré jeudi que Jawari était impliqué dans la planification et la réalisation d’attaques contre le personnel américain.

Le 3 janvier 2020, le général iranien Soleimani et Abu Mahdi al-Mouhandis ont été tués lors d’une frappe aérienne américaine près de Bagdad.

«L’attaque a violé toutes les normes, chartes et lois régissant les relations entre l’Irak et les États-Unis, c’est un crime odieux et injustifié», a déclaré Al-Soudani.

«Nous fixons la date du début du comité bilatéral visant à mettre fin définitivement à la présence des forces de la coalition internationale en Irak», a déclaré le Premier ministre Mohammed Shia al-Soudani, selon un communiqué de son bureau publié sur le réseau social de la plateforme médiatique X.

Les États-Unis disposent de 2500 soldats en Irak et de 900 en Syrie pour contribuer aux efforts visant à empêcher la résurgence du groupe État islamique (EI), qui a pris le contrôle de vastes zones des deux pays en 2014 avant d’être vaincu par les forces syriennes soutenues par la Russie. L’OTAN héberge en Irak sa force proxy (connue sous les noms d’ISIS ou de EI) pour attaquer la Syrie… à l’abri des bombardements russes.

«Nous soulignons notre position ferme visant à mettre fin à l’existence de la coalition internationale une fois que les justifications de son existence auront disparu», a déclaré Soudani.

Le Premier ministre a fait ces commentaires lors d’un événement commémoratif marquant le quatrième anniversaire de l’assassinat par les États-Unis d’Abou Mahdi al-Mouhandis, l’ancien chef adjoint des FMP qui a été tué dans une frappe de drone américain aux côtés du général iranien Qassem Soleimani près de l’aéroport de Bagdad en janvier 2020.

«Les Forces de mobilisation populaire représentent une présence officielle affiliée à l’État, soumise à celui-ci, et faisant partie intégrante de nos forces armées», a déclaré le Premier ministre.

«Nous condamnons les attaques visant nos forces de sécurité, qui vont au-delà de l’esprit et du texte du mandat qui a créé la coalition internationale».

«Nous affirmons la capacité et la volonté du gouvernement de prendre les décisions appropriées pour préserver la souveraineté, la sécurité et la stabilité de l’Irak».

Des groupes irakiens soutenus par l’Iran ont revendiqué la responsabilité d’avoir mené plus de 100 attaques contre les forces américaines en Irak et en Syrie depuis la mi-octobre, en solidarité avec les Palestiniens de Gaza.

Le Harakat Hezbollah al-Nujaba a également revendiqué la responsabilité d’une frappe de drone dans la ville d’Eilat, dans le sud d’Israël, le 22 décembre.

La présence des forces américaines a longtemps provoqué des réactions négatives en Irak. À la suite de l’assassinat de Mouhandis en 2020, le Parlement irakien a adopté une résolution appelant à l’expulsion des troupes étrangères du pays.

En janvier 2023, Soudani a cependant défendu la présence des troupes américaines et souligné la nécessité d’un soutien international contre l’EI.

Check Also

Yémen : Les pilotes US offusqués par des attaques intenses d’Ansarullah

Les pilotes de chasse de la marine américaine ont décrit comme «traumatisantes» leurs rencontres avec …