Jeux de Risk et dangers réels

C’est un jeu de Risk très complexe qui s’est ouvert avec la crise de Gaza. Et qui s’étend maintenant à la mer Rouge et au golfe Persique. Tendant, je dirais inévitablement, à impliquer l’ensemble de notre Méditerranée.

Un risque qui voit converger dans cette région spécifique des tensions et des ambitions qui dépassent ses frontières. Et qui impliquent, en premier lieu, les trois plus grandes puissances mondiales.

Les États-Unis, la Russie et la Chine sont en effet plus ou moins directement impliqués dans les conflits qui éclatent en chaîne dans toute la région du Moyen-Orient. Une implication plus profonde que jamais. Plus profonde qu’à l’époque où, par exemple, Moscou et Washington jouaient une partie d’échecs dans laquelle les pays du Moyen-Orient n’étaient que de simples pions. Et le scénario, même s’il n’est pas sans importance, est resté périphérique par rapport au centre de l’«échiquier». Représenté par l’Europe, d’une part, et l’Asie du Sud-Est, d’autre part.

Aujourd’hui, la situation est très différente. Le Moyen-Orient représente le pivot du Grand Jeu. Son contrôle, ou son instabilité, est déterminant pour tous les équilibres mondiaux. La preuve en est qu’au fur et à mesure de l’évolution de la crise de Gaza, le conflit en Ukraine est passé au second plan. Et, de fait, Zelensky est de plus en plus abandonné à son sort. L’Ukraine, rappelons-le, est le territoire frontalier entre la Russie et l’Europe centrale et occidentale.

Pour la Chine, la stabilité du Moyen-Orient est essentielle. Elle garantit son commerce le long de cette Route de la soie maritime, ou de ce «Noble collier de perles», qui constitue le cœur de sa stratégie. C’est aussi l’épine dans le pied de Washington, qui voit en Pékin son plus grand adversaire dans un avenir proche.

Les Chinois sont présents dans toute la région de la Corne de l’Afrique. Une présence économique, non sans insertion militaire. La crise de Gaza était déjà une menace pour eux. Le raid américain au Yémen est perçu, dans la Cité interdite, comme une véritable déclaration de guerre déguisée en opération anti-terroriste.

En fait, il est clair que les attaques américaines contre les Houthis n’amélioreront pas la situation du trafic en direction de Suez. Au contraire, elles créeront une situation d’instabilité qui pourrait gravement affecter les intérêts chinois. En fermant l’accès à la Méditerranée.

En revanche, l’inévitable hausse des prix du gaz et du pétrole, déjà amorcée en ces heures, ne nuira pas aux États. Au contraire, ils seront plus à l’aise pour transporter leurs produits via les routes atlantiques. Sans la concurrence de la mer Rouge.

Moscou, bien qu’occupée sur le front ukrainien, semble extrêmement préoccupée par le risque d’implication de l’Iran dans le conflit. Lequel est son meilleur allié dans la région. Une implication de plus en plus étroite, compte tenu de l’intensification de l’action de l’OTAN en Syrie, et de l’escalade des affrontements entre Israël et le Hezbollah à la frontière libanaise.

Il est donc probable que le Kremlin décide d’accélérer les opérations en Ukraine. De manière à clore rapidement le jeu et à avoir les mains libres pour une éventuelle implication au Moyen-Orient.

Le jeu de Washington est différent. La Maison-Blanche, pour le moment, semble apprécier l’instabilité de la région. Une instabilité qui n’affecte que très peu ses intérêts, tout en portant gravement atteinte à ceux de ses rivaux.

En outre, il s’agit d’une stratégie de pouvoir thalassocratique classique. Elle ne cherche pas à contrôler directement une région clé, mais les mers et les voies d’accès. Elle empêche les autres, ses rivaux, d’en prendre le contrôle.

Cependant, cette stratégie risque de nuire gravement aux puissances moyennes alliées aux États. L’Égypte d’abord, qui tire une part importante de son PIB du commerce via Suez. Ensuite, la Turquie, qui a des intérêts considérables dans la Corne de l’Afrique. Et ce n’est pas un hasard si la réaction d’Erdogan a été pour le moins courroucée.

Il y a aussi les intérêts commerciaux des Émirats arabes, qui ont exprimé leur vive inquiétude face au nouveau front qui s’est ouvert au Yémen.

Mais le silence de Riyad est encore plus révélateur.

Le prince Mohammed bin Salman, héritier du trône et homme fort de la famille Saoud, a été l’architecte d’une stratégie d’apaisement tant avec l’Iran, prônée par Pékin, qu’avec Israël. Et, dans le même temps, il cherchait un rapprochement progressif avec les BRICS.

La guerre de Gaza d’abord, puis, plus encore, celle du Yémen (c’est-à-dire à sa porte) le mettent en très grande difficulté. Il risque d’être entraîné dans un affrontement direct avec Téhéran. C’est ce qui ressort d’une nouvelle édition de la Fitba, la guerre entre sunnites et chiites. Ce qui pourrait s’avérer exacerbant pour l’avenir de la dynastie saoudienne.

Et puis, il y a l’Europe. Ou plutôt l’absence d’Europe. Dépourvue de stratégie commune, et même de conscience d’intérêts communs. Et dont, bien sûr, Londres ne fait pas partie, et n’a jamais vraiment fait partie.

Une Europe sans leadership, avec l’absence totale de l’Allemagne, la France jouant comme d’habitude le rôle du poisson dans le tonneau, et l’Italie… obtusément aplatie par les décisions de Washington. Sans conscience de ses propres intérêts.

Check Also

The Imperial Presidency Unleashed

How the Supreme Court Eliminated the Last Remaining Checks on Executive Power This week in …