Iran : Ouverture officielle d’un nouveau front de soutien

Les limites de la réponse iranienne sont qu’elle ne devrait pas être assez forte pour provoquer une guerre régionale telle que les États-Unis ressentent le besoin de s’impliquer, puisque l’objectif est d’arrêter la guerre israélienne contre Gaza.

Le ministre des Affaires étrangères de l’Iran, Amir-Abdollahian, a promis des représailles iraniennes à la suite de la récente attaque de l’entité d’occupation israélienne contre le consulat iranien à Damas, qui a tué plusieurs hauts fonctionnaires et conseillers, notamment le général de brigade Mohammad Reza Zahedi du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Il a affirmé la nécessité d’une «légitime défense dans le but de punir l’agresseur», l’attaque constituant une violation sans précédent de la protection des missions diplomatiques prévue par le droit international.

L’attaque d’Israël est due à la menace stratégique que l’axe de la résistance fait peser sur l’entité d’occupation israélienne et au soutien indéfectible de l’Iran à la résistance gazaouie. Il s’agit simplement d’une continuation de la politique de l’entité qui a tué des dirigeants de la Résistance en Palestine, au Liban, au Yémen et en Irak au cours des six derniers mois. Le fondement de l’Axe de la Résistance aujourd’hui et le point central sont liés à Al-Aqsa et à la guerre actuelle contre Gaza, l’entité d’occupation israélienne échouant à elle seule à affaiblir la résistance gazaouie, qui est considérée comme la plus vulnérable de l’ensemble de l’Axe de la Résistance.

L’attaque du consulat iranien par l’entité d’occupation israélienne l’a mise, ainsi que le camp occidental, en mauvaise posture, car l’Iran dispose désormais d’une base légale pour attaquer l’entité, sa propre souveraineté ayant été menacée. L’entité tente probablement de sortir de «l’impasse» dans laquelle elle se trouve à Gaza en essayant d’entraîner l’Iran et les États-Unis dans une confrontation directe, étant donné que le thème principal de ces six derniers mois de la guerre contre Gaza est perdu. Au lieu de cela, elle souhaite une guerre régionale, de sorte qu’il apparaisse que les pays de la région se battent pour garantir leurs intérêts, la pression et l’attention étant détournées des crimes de l’occupation israélienne à Gaza.

Cependant, l’Iran est très sensible au fait de ne pas permettre un détournement de stratégie, par lequel l’entité d’occupation israélienne aurait les mains libres à Gaza, ce qui lui permettrait d’intensifier sa campagne de nettoyage ethnique de masse, puisque les yeux du monde ne sont plus rivés sur elle. Cette guerre a révélé de manière cruciale la véritable nature de l’entité d’occupation israélienne, fondée sur le terrorisme depuis sa création, mobilisant ainsi le monde contre l’entité et faisant d’elle un paria dans la politique mondiale.

La stratégie iranienne de représailles à l’intérieur de l’entité d’occupation est telle qu’elle ne menacera pas l’entité d’occupation au point de justifier une intervention américaine directe et de déclencher une guerre régionale plus large. Le résultat d’une guerre régionale sera de reléguer la guerre contre Gaza au second plan et de donner à Netanyahou ce qu’il veut.

La stratégie de représailles de l’Iran est plutôt axée sur le renforcement de la résistance gazaouie et sur l’amélioration de la victoire globale, en utilisant son droit de frapper l’entité d’occupation israélienne pour faire pression dans le sens d’un cessez-le-feu. Cela passe notamment par le retour des habitants de Gaza dans le Nord, le retrait total des troupes d’occupation, comme elles se sont récemment retirées de Khan Younis, et la libération des prisonniers palestiniens dans le cadre d’un accord d’échange.

De la même manière que les fronts libanais, yéménite et irakien ont joué un rôle crucial en soutenant et en allégeant la pression sur la résistance gazaouie, tout en détournant l’attention de l’entité d’occupation israélienne et en exerçant une pression sur elle, et en évitant d’être transformés en titre principal du conflit, les représailles de l’Iran suivront la même trajectoire que le reste de l’axe de la résistance, à savoir un front de soutien direct à la Résistance à Gaza, exécutant une riposte qui ne conduit pas à l’expansion des fronts, tout en augmentant simultanément la probabilité d’un cessez-le-feu en raison de la pression insupportable sur l’entité d’occupation israélienne.

Un exemple de ces représailles a eu lieu le 13 avril lorsque l’Iran s’est emparé du navire israélien MSC Aries dans le détroit d’Ormuz et que des missiles et des drones ont été tirés dans l’espace aérien israélien et ont frappé des bases aériennes. Si l’Iran poursuit cette stratégie, comme l’ont fait le Yémen et l’Irak, cela constituera une menace accablante pour le commerce mondial avec Israël et l’économie de l’entité d’occupation israélienne, ajoutant à l’insécurité des colons, de sorte que l’entité se sentira étranglée. D’autres actions s’inscrivant dans cette trajectoire pourraient notamment viser les centres de renseignement du Mossad dans des endroits tels que le nord de l’Irak et les Émirats arabes unis.

Les ramifications d’une réponse iranienne forte qui constitue une menace pour Israël sont susceptibles de déclencher une intervention américaine directe pour protéger l’entité d’occupation israélienne. Dans ce cas, la guerre prendra de l’ampleur, puisque le vide créé par la chute de l’entité d’occupation israélienne sera remplacé par l’Axe de la Résistance. Les États-Unis n’accepteront pas que l’Axe de la Résistance modifie l’équilibre des forces en mettant fin à leur projet occidental dans la région, car cela porterait un coup décisif à la présence des États-Unis dans la région. Les États-Unis préfèrent annoncer la faillite de l’entité d’occupation israélienne, créée initialement pour protéger les intérêts occidentaux.

Les États-Unis n’ont aucun intérêt à étendre la guerre, car une guerre directe avec l’Iran représente une menace réelle pour la présence américaine dans la région. Le message implicite des États-Unis à l’Iran est qu’ils n’étaient pas au courant de l’attaque israélienne sur le consulat et qu’ils n’en étaient pas satisfaits, ce qui a incité l’Iran à réagir dans une mesure qui ne justifierait pas une intervention.

Même si les États-Unis réaffectaient leurs forces au niveau régional dans le cadre d’une guerre contre l’Iran, il faudrait des mois de préparation et de rassemblement. Pour déployer ses troupes, elle aurait besoin d’accéder à des ports et à des aérodromes où les soldats pourraient atterrir, avec des infrastructures militaires, alors que l’Iran pourrait les attaquer et les rendre inutilisables. La mobilisation de ressources pour la guerre est politiquement et militairement insoutenable pour les États-Unis.

Les limites de la réponse iranienne sont qu’elle ne devrait pas être assez forte pour déclencher une guerre régionale telle que les États-Unis ressentent le besoin de s’impliquer, puisque l’objectif est d’arrêter la guerre israélienne contre Gaza. L’objectif est plutôt d’exercer une pression suffisante sur l’entité d’occupation israélienne pour mettre fin à la guerre contre Gaza, et les représailles de l’Iran soutiennent cet objectif.

Check Also

U.S. Says Russia ‘Likely’ Deployed Anti-Satellite Weapon In Space; Moscow Rejects Claim

The Pentagon has said Russia “likely” deployed an anti-satellite weapon in space earlier this month, …