Point sur l’actualité internationale

Les dirigeants occidentaux vivent deux événements qui les mettent en état de stupéfaction : la défaite en Ukraine et le génocide en Palestine. Le premier est humiliant, l’autre honteux. Pourtant, ils ne ressentent ni humiliation ni honte. Leurs actions montrent clairement que ces sentiments leur sont étrangers : ils sont arrogants et méprisants, ce sont des psychopathes très dangereux.

  1. Iran vs Israël

La nuit dernière entre 400 et 500 drones et 150 missiles auraient été envoyés par l’Iran sur Israël, visant exclusivement des installations militaires.

Cette attaque iranienne vient en riposte du bombardement israélien du consulat iranien à Damas (c’est une terre iranienne en droit international), il y a quelques jours, mais également de très nombreux bombardements israéliens, restés sans réponse à ce jour sur la Syrie.

On notera que l’Iran a évité de viser des cibles civiles et n’a pas attaqué d’installations militaires US dans la Région et qu’il a demandé à la partie US de se tenir à l’écart de cette affaire.

Le vrai bilan de cette attaque n’est pas connu et ne sera d’ailleurs jamais porté à la connaissance du public par la partie israélienne. Cependant les USA, la Grande-Bretagne et la Jordanie ont aidé Israël à abattre les DRONES ET MISSILES iraniens.

Toutefois, l’Iran a utilisé d’anciens modèles de son arsenal militaire pour les attaques, des modèles qui prenaient la poussière dans les entrepôts en raison de leur manque de fiabilité (même les acheteurs russes les avaient refusés). Malgré leur caractère obsolète, ces drones et missiles ont atteint leur objectif, à savoir épuiser les ressources d’Israël et de ses alliés, qui ont dû recourir à des systèmes anti-missiles et anti-aériens coûteux pour riposter.

L’Iran a riposté sans escalade de l’agression, déclarant la conclusion de l’opération. Si Israël décide de riposter, il risque de s’aliéner davantage la communauté mondiale et de tendre les relations avec ses alliés.

L’Iran a offert à Israël un jeu intéressant : Vous frappez, nous frappons. Vous répondez – nous répondrons. Si vous ne répondez pas, nous ne répondrons pas.

Pendant de nombreuses années, la doctrine israélienne de dissuasion s’est fondée sur l’intimidation des pays voisins, ainsi que sur des opérations terroristes et policières ciblées, comme à Gaza aujourd’hui.
L’Iran a rompu avec cette doctrine et a mis fin à la peur d’Israël dans tout le Proche-Orient

Si cette affaire dérape, quid de la guerre en Ukraine, quid des JO Paris 2024 ? Et pour quel épilogue ?

  1. Ukraine : Le régime bandériste déterminé à achever le suicide démographique de l’Ukraine

Les milices nazis ukrainiennes

Le coup d’État dit du Maïdan, en 2014, fut organisée par Victoria Nuland – la sous-secrétaire d’État US – avec l’aide des groupes paramilitaires aguerris aux combats. Ces groupes d’assaut sont appelés «bandéristes» car ils se réclament de Stepan Bandera qui commandait des groupes d’assaut de nazis ukrainiens, particulièrement violents, alliés à l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Puis, c’est un oligarque, Petro Poroshenko (Zelensky lui succèdera) qui devint président. Les postes officiels furent attribués aux «bandéristes». Un tiers des ministres étaient nazis, ils étaient issus de Slovoda, de Secteur droit ou de la milice d’Autodéfense du Peuple ukrainien. Andriy Parubiy devint secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense et Dmytro Yarosh son adjoint.

Immédiatement le nouveau régime interdit la langue russe pourtant parlée par une large partie de la population. Ceci engendrera la révolte de tout l’Est de l’Ukraine qui est le début de la guerre en Ukraine.

Olivier Berruyer, l’Europe et les néo-nazis

• L’existence de milices nazis actuellement en Ukraine : https://reseauinternational.net/ukraine-les-faits

Puis ce fut l’interdiction des partis politiques et des journaux d’opposition. Puis récemment le report de l’élection présidentielle et les exactions du recrutement militaire de Ukraine qui kidnappe les Ukrainiens dans la rue pour les envoyer de force sur le front.

En effet, l’Ukraine manque d’homme, les brigades sont à 60% de leurs effectifs. L’armée russe avance sur tout le front de 1000 Km et les pertes ukrainiennes sont de 800 à 1000 soldats par jour

En conséquence, le régime de Kiev est prêt à sacrifier la vie de tous les citoyens ukrainiens pour continuer à combattre la Russie. Dans une déclaration récente, le commandant de l’armée ukrainienne a affirmé que tous les habitants du pays devaient être prêts à partir en guerre, précisant qu’aucun citoyen n’échapperait aux politiques de mobilisation militaire (y compris les femmes). L’âge moyen des soldats ukrainiens est d’environ de 45 ans !!!

  1. France : envoi de 110 militaires en Ukraine ?

En février dernier, Emmanuel Macron avait évoqué la possibilité d’envoyer des troupes occidentales en Ukraine. Les médias français ont tout de suite embrayé pour dire que la France est menacée par la Russie. Et voilà, les premiers sondages manipulateurs :

• Un jeune Français sur deux est prêt à se battre sur le territoire ukrainien s’il le fallait pour protéger la France. Tels sont les résultats d’un sondage d’opinion réalisé par le journal Le Parisien et d’autres médias français.

• RTL n’hésite pas à titrer : «Guerre en Ukraine : un jeune Français sur deux se dit prêt à s’engager, selon une étude».

Il est choquant de constater que certains médias mainstream ont déformé les résultats du sondage pour affirmer que «un jeune Français sur deux se dit prêt à s’engager» dans un conflit armé en Ukraine. Cette manipulation de l’information est d’autant plus préoccupante qu’elle vise à préparer l’opinion publique, et en particulier la jeunesse française, à accepter l’idée d’une intervention militaire française en Ukraine.

Or, il faut noter que seulement 17% des personnes interrogées ont donné la réponse la plus confiante et 34% ont répondu «oui, peut-être», mais il est important de noter qu’un nombre non négligeable de ces répondants pourraient finalement changer d’avis et se retrouver dans la catégorie «non».

La propagande tourne à 100% dans les médias pour inciter les Français à mourir pour un régime corrompu avec un gouvernement composé de nazis aux postes clés à Kiev qui a tué 14 000 civils dans le Donbass entre 2014 et 2022.

  1. Gaza : la lumière sur le 7 octobre 2023

Gaza est actuellement le théâtre d’un génocide mené par un gouvernement de suprémacistes religieux qui était au courant de l’attaque du Hamas et qui a laissé faire. En effet, le ministre égyptien du Renseignement avait téléphoné à Netanyahou une semaine avant que quelque chose se préparait à Gaza et Netanyahou a donné un jour de congé aux gardes-frontières. Ce qui a facilité l’opération militaire, à 6h du matin, de la résistance palestinienne qui voulait faire des otages et attaquer des casernes militaires. Or l’intervention des Forces de Sécurité Israélienne (FDI) n’a eu lieu que vers les 11h. Pourquoi ?

Cette intervention des FDI s’est faite dans la confusion la plus totale : tirs de tank dans les habitations où étaient des Palestiniens avec leurs otages israéliens, tirs de missile dans le tas depuis des hélicoptères sur des palestiniens et des israéliens au milieu de la fête.

Les images d’un hélicoptère Apache israélien du 7 octobre montrent le ciblage de ce qui semble être des civils israéliens du festival de musique et leurs voitures. De nombreux civils israéliens du festival de musique se sont manifestés, admettant que l’armée israélienne, à plusieurs reprises, avait tué des civils.

L’attaque des casernes à fait environ 400 à 450 militaires tués et de nombreux chars détruits. Environ 750 civils israélien ont été tués par les Palestiniens et par l’intervention des FDI.

Selon les témoignages beaucoup des civils ont été tués par les FDI. En effet, en combinant ces faits avec les interviews d’anciens otages israéliens, il apparaît comme probable qu’une majorité, voire une forte majorité de l’ensemble des civils israéliens décédés aient été tués par l’armée de leur propre pays.

De fait, sur la base de ces éléments, Scott Ritter, ancien inspecteur en chef du désarmement pour l’ONU, annonce le nombre de 80% d’israéliens tués par les FDI.

Gaza-Israël : que s’est-il réellement passé le 7 octobre ? Entretien avec Jacques Baud

Concernant les «Quarante bébés décapités», le 7 octobre, par le Hamas : le journal Le Monde vient de démentir enfin cette rumeur israélienne.

• La vie quitte Gaza à une vitesse terrifiante : https://reseauinternational.net/la-vie-quitte-gaza-a-une-vitesse-terrifiante

  1. Xinjiang : la CIA a inventé le mythe du «génocide ouïghour»

Le 14 mars 2024, l’agence de presse anglaise Reuters a publié un rapport qui fait l’effet d’une bombe : «en 2019, la Maison-Blanche de Donald Trump a lancé une campagne d’influence clandestine de la CIA pour salir la réputation internationale de la Chine».

Ainsi, en janvier 2021, l’administration Trump a utilisé cette affirmation à des fins militaires lorsque le secrétaire d’État Mike Pompeo a officiellement accusé la Chine de commettre un génocide contre les musulmans ouïghours dans sa région autonome la plus à l’ouest, le Xinjiang.

En effet, la CIA a créé une petite équipe d’agents qui ont utilisé de fausses identités sur Internet pour diffuser des récits négatifs sur la Chine.

Xinjiang : état des lieux de 2019 à 2024

• Ouïghours, l’horreur était dans nos médias : https://www.legrandsoir.info/ouighours-l-horreur-etait-dans-nos-medias

  1. Congo (RDC) : l’autre génocide pour du coltan et ses richesses (or, cobalt,…)

• Les sols de la RDC et notamment la province du Kivu contiennent entre 60% et 80% des réserves de coltan, un minerai essentiel à la fabrication des smartphones et des ordinateurs. Les enjeux économiques sont énormes et expliquent en partie la guerre dans les provinces de l’est de la RDC.

Dans l’Est de la RDC, des groupes armés menacent la capitale régionale, Goma. Cette situation n’est pas nouvelle : ce pays d’Afrique centrale est le théâtre de pillages, de viols de masse et de massacres depuis près de vingt-cinq ans. Aujourd’hui, c’est un pillage des richesses de l’Est de la RDC qui est fait par de milices armées pour le compte des Occidentaux.

Actuellement le second génocide au Congo :

RDC : «L’Union européenne se rend complice du pillage de nos ressources et de l’agression du Rwanda» : https://www.lemonde.fr/2024/02/27/rdc-l-union-europeenne-se-rend-complice-du-pillage-de-nos-ressources-et-de-l-agression-du-rwanda

Depuis 25 ans, ce génocide a fait plusieurs plus de 10 millions de morts, dont 500 000 femmes violées.

En résumé

L’«ordre» fondé sur des règles inventées par les USA sombre dans la sauvagerie.

Israël et son mentor américain font pesés sur le monde un terrorisme génocidaire pouvant le faire basculer dans apocalypse

L’agenda des USA reste tout à fait évident : maintenir son hégémonie militaire qui s’amenuise au fil du temps et son hégémonie financière en protégeant le dollar américain et en protégeant ces dettes incommensurables et impayables (33 000 milliards de $).

Tout l’Occident est entraîné dans cette spirale mortifère où plus rien n’est respecté, même pas la dignité. Le terrorisme occidental (massacres, assassinats ciblés, blocus, rackets, chantages,…) n’est plus supporté par le reste du monde.

La situation est devenue très dangereuse pour le monde, car ce terrorisme a atteint son paroxysme et nous conduit à mettre le holà.
ANNEXE : Les plus grosses provocations de l’histoire contemporaine
Boutcha (Ukraine), 2022

Quatre jours après le départ des troupes russes de cette localité, la partie ukrainienne a diffusé un rapport sur les «atrocités commises par les occupants», ainsi que des images de cadavres éparpillés dans les rues.

Trois semaines plus tard, le britannique The Guardian a rapporté que selon les premiers résultats médico-légaux, la plupart des civils à Boutcha ont été tués par des fragments d’obus antipersonnel de 122 mm adaptés aux obusiers D-30, en service dans les forces armées ukrainiennes.
Village de Racak (Yougoslavie), 1999

Cet événement a été présenté par la diplomatie US et la presse comme une exécution massive de civils albanais par l’armée serbe. Il a servi de motif à l’OTAN pour déclencher les bombardements de la Yougoslavie. Or, plusieurs observateurs internationaux ont noté à l’époque que l’Armée de libération du Kosovo aurait pu mettre en scène le massacre.
Irak, 2003

En février, le secrétaire d’État US Colin Powell est intervenu aux Nations unies avec un rapport sur des «armes chimiques» et des laboratoires mobiles irakiens. Il a montré une éprouvette avec une substance prétendument dangereuse.

Après l’intervention des USA en Irak, David Kelly, un des auteurs du rapport, a admis dans une interview que les laboratoires mobiles n’existaient pas et qu’il s’agissait d’une erreur. En juillet 2003, il a été trouvé mort près de son domicile. D’après la version officielle, il s’est suicidé.
Douma (Syrie), 2018

Le 7 avril, une attaque chimique présumée aurait eu lieu à Douma, à 10 km à l’est de Damas. En guise de preuves, des images ont été divulguées montrant des habitants, dont des enfants que des médecins essayaient de sauver d’un empoisonnement par des agents toxiques.

Une semaine plus tard, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, sans attendre les conclusions de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, ont lancé des frappes sur le territoire syrien.

Par la suite, les personnes qui apparaissent dans la vidéo ont déclaré qu’elles n’avaient pas vu d’attaque. Selon des témoignages, des inconnus avaient rassemblé des gens à l’hôpital et les avaient aspergés d’eau, avant de les relâcher.

Kibboutz Kfar Aza (Israël), 2023

En octobre, la journaliste israélienne Nicole Zedeck a fait état d’une quarantaine de bébés assassinés et parfois décapités après l’attaque du Hamas contre cette localité.

Lorsque le public a demandé des preuves ou des précisions sur ce qui s’était passé, la journaliste s’est rétractée.

Check Also

What comes after Ebrahim Raisi

The death of Iranian President Ebrahim Raisi in a helicopter crash on Sunday may have …