Panique à Washington, l’Iran dicte sa stratégie à Israël et aux États-Unis

L’Iran a fait la démonstration de sa force de frappe contre Israël tout en tenant en respect les États-Unis. Biden ne s’est exprimé que du bout des lèvres en disant «ne faites pas ça».

L’Iran avait fait plier les États Unis en septembre 2023 avec le transfert de 6 milliards de dollars de fonds iraniens gelés en Corée du Sud, dans un accord d’échange de prisonniers.

«Nous espérons que le transfert sera achevé dans les prochains jours et que l’Iran aura pleinement accès à ses actifs», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani.

L’attaque du Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre a irrité le secrétaire l’État Blinken qui songeait à geler ces 6 milliards, soupçonnant l’Iran d’avoir aidé le Hamas à préparer son attaque contre Israël. «Nous avons un strict contrôle des fonds, et nous nous réservons le droit de les geler».

Le bombardement de l’ambassade iranienne a fragilisé les gouvernements américain et israélien. Netanyahou n’avait pas les moyens et les ressources pour décider seul de l’extension du conflit en impliquant les États-Unis, puisque le Congrès américain bloque les ventes d’armes à la fois pour Israël et l’Ukraine.

Les États-Unis et Israël doivent reconsidérer les forces en présence au Moyen-Orient, l’Iran vient de créer un précédent en ripostant contre l’État hébreux. Personne n’avait osé répondre aux attaques d’Israël. Washington savait que l’Iran se préparait depuis longtemps à cette éventualité et c’est pour cette raison que Biden a demandé à Netanyahou de ne pas répliquer. Les États-Unis ne sont pas prêts militairement pour gérer un tel conflit, ils redoutent les forces en présence et ne peuvent pas ouvrir un front supplémentaire.

L’Iran possède des missiles hypersoniques Fattah II avec une portée de 1400 km et une vitesse comprise entre 13 à 15 fois la vitesse du son. L’arsenal militaire iranien inquiète sérieusement les États-Unis et Israël.

L’Iran a les moyens de frapper où bon lui semble que ce soit en Israël ou dans le Moyen-Orient.

Maintenant la menace est sur Israël qui comprend qu’il peut être détruit par les missiles balistiques iraniens. L’hégémonie et l’impunité diplomatique d’Israël touchent à leur fin, il est temps de changer de gouvernement et de laisser le peuple israélien de choisir paix et abandonner sa politique de guerre qui a détruit sa respectabilité dans le monde entier.

L’Iran tente de créer une nouvelle normalité avec son attaque. Voici comment Israël et les États-Unis doivent réagir

État des lieux côté atlantique par William F. Wechsler du lobby militaire The atlantic Coucil

Le guide suprême iranien a pris le temps de réfléchir à la manière et au lieu de répondre à l’attaque israélienne à Damas le 1er avril. Les États-Unis et Israël devraient également prendre le temps de réfléchir à ce qu’il a probablement voulu accomplir avec les représailles de ce week-end et aux messages qu’il a essayé d’envoyer.

Dans l’immédiat, Téhéran avait clairement l’intention de dissuader Israël de prendre une nouvelle fois pour cible ses installations diplomatiques, des lieux qu’il pensait auparavant être suffisamment sûrs pour être utilisés à des fins militaires. La «guerre entre les deux guerres» menée depuis longtemps par Israël a mis en danger les officiers du Corps des gardiens de la révolution islamique iranienne lorsqu’ils opèrent à proximité des frontières israéliennes, de sorte que Téhéran répugne sans aucun doute à voir ses derniers sanctuaires devenir une partie acceptée du champ de bataille.

Sur le plan opérationnel, l’Iran a clairement indiqué qu’il souhaitait éviter une nouvelle escalade susceptible de déclencher une véritable guerre régionale. Il a opté pour des attaques à longue portée qui pouvaient être facilement déjouées par les défenses israéliennes connues et n’a pas ciblé d’installations américaines. Il a fait tout cela en publiant des déclarations extraordinaires (en anglais) selon lesquelles «l’affaire peut être considérée comme conclue» et que «les États-Unis DOIVENT SE TENIR À L’ÉCART».

Si le Hamas souhaite désespérément une conflagration plus importante, son protecteur, l’Iran, est certainement très satisfait du statu quo de l’après 7 octobre, dont il tire d’immenses bénéfices. Pour de nombreuses personnes dans la région, inondées d’images de la souffrance palestinienne, la perception de l’Iran n’a jamais été aussi positive, car lui seul «tient tête» à Israël – auparavant par l’intermédiaire de ses mandataires et maintenant directement aussi. Les informations selon lesquelles la Jordanie défendrait activement Israël contre l’Iran ne font qu’exacerber la dichotomie entre Téhéran, qui se présente comme le leader de la résistance contre l’«entité sioniste», et les gouvernements arabes qui sont perçus par nombre de leurs citoyens comme étant secrètement aux ordres d’Israël.

Pendant ce temps, le programme nucléaire iranien ne fait plus la une de l’actualité et continue de progresser pratiquement sans entrave, franchissant déjà des étapes qui étaient autrefois considérées comme inacceptables. En outre, l’Iran a jusqu’à présent évité tout risque réel pour le Hezbollah, le joyau de son réseau de mandataires, car la capacité de seconde frappe du Hezbollah contribue à dissuader une attaque israélienne contre l’infrastructure nucléaire iranienne. L’Iran souhaite le retrait des États-Unis de la région ; la dernière chose qu’il souhaite est de provoquer une guerre régionale plus large qui risquerait d’entraîner une confrontation militaire directe entre les États-Unis et l’Iran.

Création d’un précédent

D’un point de vue stratégique, Téhéran a également cherché à créer un précédent inédit qui modifiera la nature du conflit en cours avec Israël à son avantage. Le précédent est que l’Iran peut attaquer Israël directement, qu’il peut le faire depuis le sol iranien et qu’il peut cibler des civils à l’intérieur d’Israël. L’Iran suit donc un schéma qu’il a affiné pendant des décennies : expérimenter une nouvelle série d’actions malveillantes, évaluer la réponse des adversaires et, si ces réponses sont jugées minimes ou temporaires, établir ces actions comme une nouvelle normalité qui devient alors acceptée implicitement. C’est ainsi que l’Iran est devenu le seul pays au monde à fournir régulièrement des armes de précision à des mandataires non étatiques et à leur donner l’ordre de cibler des civils au-delà des frontières, et que le reste du monde s’est tellement habitué à cette réalité qu’elle est à peine remarquée aujourd’hui.

Au cours des derniers mois, l’Iran a déjà réussi à établir plusieurs «nouvelles normes» qui jouent en sa faveur à long terme : Par l’intermédiaire des Houthis, il a démontré une nouvelle capacité à fermer le détroit de Bab el-Mandeb quand il le souhaite et à qui il le souhaite ; par l’intermédiaire du Hezbollah, il a démontré sa capacité à menacer les Israéliens dans leur pays et à provoquer des déplacements internes massifs ; et par ses propres actions, il a démontré une fois de plus sa capacité à commettre des actes de piraterie près du détroit d’Ormuz et à s’attirer peu de condamnations internationales pour ce faire. Si Téhéran réussit de la même manière à établir le précédent selon lequel il peut cibler directement les Israéliens depuis l’Iran, la nouvelle normalité qui en résulterait deviendrait particulièrement précieuse une fois que Téhéran serait devenu une puissance nucléaire déclarée.

Sur le plan diplomatique, l’Iran espérait également démontrer les limites de la puissance américaine et la fiabilité de la sienne. Les États-Unis se sont engagés à assurer la sécurité d’Israël depuis des décennies et le président Joe Biden a personnellement démontré son attachement à cet objectif. Pourtant, l’Iran est en mesure de menacer directement Israël sans déclencher de réponse militaire américaine – du moins, c’est ce qu’il espère. Et pourtant, l’Iran est capable de menacer directement Israël sans déclencher de réponse militaire américaine – ou du moins l’espère-t-il. Avec l’attaque de ce week-end, l’Iran souhaite probablement que l’Arabie saoudite et les autres gouvernements des pays arabes du Golfe retiennent la leçon qu’ils ne devraient pas dépendre d’un parapluie de sécurité américain peu fiable et inefficace, et surtout pas si c’est l’avantage qu’ils retirent de la normalisation de leurs relations avec Israël. De même, l’Iran espère encourager son allié en puissance, la Russie, et son principal partenaire économique, la Chine, à rendre Israël responsable de l’escalade des tensions et à le protéger au sein du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU). Cette stratégie a toutes les chances de réussir : après six mois, le CSNU n’a toujours pas réussi à condamner clairement le Hamas pour ses attaques terroristes contre Israël, et il y a donc fort à parier que le CSNU n’adoptera pas de résolution condamnant clairement l’Iran pour ses actions.

Prochaines étapes pour Israël et les États-Unis

Les objectifs de l’Iran étaient rationnels et réfléchis, et ils tiennent compte des perceptions de ses propres forces et des faiblesses de ses adversaires. Il doit en être de même pour la réponse aux actions de l’Iran. Ni Israël ni les États-Unis ne devraient permettre à l’Iran d’atteindre les objectifs décrits ci-dessus, mais les appels à une campagne militaire immédiate sur le territoire iranien sont aussi imprudents qu’inopportuns. Au lieu de cela, l’accent devrait être mis sur les points suivants.

Dans les mois à venir, même s’il poursuit sa «guerre entre les guerres» sans se laisser décourager, Israël devrait avoir pour priorité absolue d’atteindre ses objectifs militaires contre le Hamas de manière convaincante : décapiter ses dirigeants, démanteler l’infrastructure de ses tunnels et détruire les dernières brigades militaires du Hamas. Elle devrait le faire tout en collaborant avec les États-Unis pour mieux protéger les civils à Gaza, pour y établir la sécurité interne et empêcher la reconstitution du Hamas, et pour améliorer considérablement les conditions humanitaires pour les Palestiniens innocents. Rien n’endommagerait plus immédiatement le discours iranien que de voir le partenaire de l’Iran à Gaza subir une défaite incontestable.

En outre, Téhéran subirait un revers stratégique encore plus dévastateur si Israël, après avoir atteint ses objectifs militaires contre le Hamas, était capable d’avoir le courage politique et la sagesse stratégique d’accepter le principe proposé par les États-Unis d’une «voie irréversible et limitée dans le temps vers un État palestinien», d’entamer des négociations de bonne foi sur la manière de rendre ces termes opérationnels et, dans l’intervalle, de normaliser les relations avec une Arabie saoudite qui a renforcé ses relations avec les États-Unis en matière de sécurité. Depuis plus d’un an, l’administration Biden s’efforce de mettre en œuvre ce scénario, consciente que sa réalisation modifierait fondamentalement la géopolitique de la région, au détriment stratégique de Téhéran et de son réseau de rebelles violents.

Dans le même temps, les États-Unis devraient étendre leur campagne contre les Houthis d’une mission étroitement définie pour défendre le transport maritime international et dégrader les capacités des Houthis dans la mer Rouge, à une mission qui cherche également à établir la dissuasion en décapitant le leadership des Houthis depuis les airs. Les États-Unis ont une grande expérience de ce type d’opérations au Yémen, qu’ils ont menées pendant des années contre les dirigeants d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique ; ils devraient mener ces frappes jusqu’à ce que les Houthis cessent définitivement leurs attaques contre le transport maritime international.

Les États-Unis devraient également déclarer une nouvelle doctrine : Toute attaque contre un ressortissant américain par un partenaire ou un mandataire iranien sera désormais considérée comme (a) une attaque de l’Iran lui-même et (b) une attaque réussie, afin de déterminer la réponse militaire américaine. Pendant trop longtemps, l’Iran a pu attaquer des Américains dans une relative impunité en passant par des intermédiaires et en menant ces attaques de manière à ce qu’elles soient déjouées avec succès ou qu’elles ne fassent que des victimes «mineures». Lorsque trois militaires américains ont été tués au début de cette année, la réponse des États-Unis a été claire et l’Iran a réagi en ordonnant l’arrêt de ces attaques. Il s’agissait là d’une application réussie de la dissuasion. Les mêmes réponses militaires peuvent et doivent être prises lorsque l’Iran tente de tuer des Américains, et pas seulement lorsqu’il y parvient. En établissant cette nouvelle normalité, les États-Unis auront réussi à modifier les règles du jeu à leur avantage et à créer un précédent qu’Israël pourra suivre.

Enfin, les États-Unis devraient accepter que le comportement malveillant de l’Iran ne s’arrêtera pas tant que le régime lui-même ne le fera pas. Après tout, le conflit de l’Iran avec Israël est entièrement idéologique, un produit de la théologie particulière de la révolution de 1979 ; le gouvernement iranien précédent n’avait pas de telles hostilités. En outre, comme ce fut le cas avec l’Union soviétique, le régime est de plus en plus fragile à l’intérieur, considéré comme fondamentalement illégitime par un pourcentage croissant d’Iraniens qui ne cessent de protester, quels que soient les risques encourus.

Mais une guerre avec l’Iran pour provoquer un changement de régime comporterait beaucoup trop de risques pour la région, dont le moindre ne serait pas la mort d’innombrables innocents, et servirait très probablement à renforcer l’emprise du régime sur son peuple et à légitimer son programme nucléaire aux yeux de nombreuses personnes à l’étranger. Par conséquent, comme pendant la guerre froide, la meilleure stratégie américaine à long terme contre Téhéran consisterait à cibler cette faiblesse inhérente au régime en renforçant l’application des sanctions, en menant des actions secrètes contre le programme nucléaire iranien, en déployant des efforts juridiques pour tenir le régime responsable de ses atrocités en matière de droits de l’homme dans le pays et à l’étranger, et en menant une campagne de soutien ouverte et secrète à ceux qui s’opposent au régime à l’intérieur de l’Iran.

Compte tenu des incohérences des politiques américaines d’une administration à l’autre au cours des dernières décennies, une telle approche pourrait dépasser les capacités des États-Unis. Mais il n’a jamais été aussi important d’obtenir un soutien bipartisan en faveur d’une stratégie iranienne cohérente et susceptible de réussir.

William F. Wechsler est directeur principal des programmes pour le Moyen-Orient au Conseil atlantique. Son dernier poste au sein du gouvernement américain était celui de secrétaire adjoint à la défense chargé des opérations spéciales et de la lutte contre le terrorisme.

Check Also

U.S. Says Russia ‘Likely’ Deployed Anti-Satellite Weapon In Space; Moscow Rejects Claim

The Pentagon has said Russia “likely” deployed an anti-satellite weapon in space earlier this month, …